matinal, ale

MATINAL, ALE

(ma-ti-nal, na-l') adj.
Qui appartient au matin. La brise matinale. L'aube matinale.
Qui se lève matin.
Anténor, le premier, sort des bras du sommeil, Et vient au rendez-vous attendre le soleil ; La déesse des bois n'est point si matinale [LA FONT., Adonis.]
Il n'est pas d'oiseau plus matinal : le rouge-gorge est le premier éveillé dans les bois, et se fait entendre dès l'aube du jour [BUFF., Ois. t. IX, p. 289]
Elles sont si matinales ordinairement [PICARD, Alcade, III, 7]
Fleurs matinales, celles qui s'ouvrent le matin.

REMARQUE

  • Le pluriel masculin n'est pas usité. Pourtant rien n'empêcherait de dire : Messieurs, vous êtes bien matinaux aujourd'hui.

SYNONYME

  • MATINAL, MATINEUX. Ces deux adjectifs signifient : qui se lève matin ; et en ce sens ils sont synonymes. Mais matinal signifie en outre : qui appartient au matin ; sens que n'a pas matineux. De plus matineux est moins usité que matinal.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    De la guarde matinele des que à nuit [jusqu'à la nuit] espeire Israel el segnor [, Liber psalm. p. 206]
  • XIIIe s.
    Entre la messe matinel et la grant messe [, les Miracles St Loys, p. 125]
  • XIVe s.
    Dès le commencement de ceste nuit jusques aux heures matinaulx [, Ménagier, I, 1]
  • XVIe s.
    Comme la venue du soleil consume la rosée matinale [YVER, 609]

ÉTYMOLOGIE

  • Matin ; Berry, matinau ; provenç. matinal.