mené, ée

MENÉ, ÉE

(me-né, ée) part. passé de mener
Qu'on a fait aller d'un lieu à un autre. Mené à la campagne par un de ses amis. Fig.
L'âme.... menée de captivité en captivité, captive d'elle-même, captive de son corps.... [BOSSUET, la Vallière.]
Qu'on fait marcher, dont on a la conduite. Le régiment mené à l'assaut.
L'armée de Bonaparte, qui alla très bien, étant menée par des vilains, mal aussitôt qu'elle fut commandée par des nobles [P. L. COUR., 2e lett. partic.]
Terme de vénerie. Cerf mené par les chiens, cerf suivi par les chiens dans la route qu'il prend.
Dans ce temps [quand les biches sont près de mettre bas], les chiens quittent souvent un cerf mal mené, pour tourner à une biche qui bondit devant eux [BUFF., Quadrup. t. II, p. 24]
Gouverné. Un mari mené par sa femme.
Tracé.
Il est aisé de voir que la ligne menée du soleil à la lune fait presque toujours un angle avec la ligne menée du soleil à la terre [D'ALEMB., Disc. prélim. Syst. monde, Œuvr p. 83, dans POUGENS.]
Toute la sphère des étoiles fixes paraît tourner, d'occident en orient, autour d'un axe mené par les pôles de l'écliptique [CONDILL., Art de rais. V, 5]
Fig. Mû, poussé. Des hommes menés par l'intérêt.