merdeux, euse

MERDEUX, EUSE

(mèr-deû, deû-z') adj.
Terme grossier. Souillé de merde.
Croyez-vous qu'elles puissent aller briller aux ballets et aux assemblées avec des chemises merdeuses ? [COMTE DE CAYLUS (GROSLEY), Mém. de l'Acad. de Troyes, Œuvr. t. XII, p. 20, dans POUGENS.]
Fig. et bassement. Il sent son cas merdeux, il se sent coupable de quelque chose. Fig. C'est un bâton merdeux, on ne sait par quel bout le prendre, c'est un homme difficultueux, peu traitable.
Substantivement et grossièrement. Un merdeux, une merdeuse, un polisson, une polissonne.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Au soir diront qu'ilz sont breneulx, Chetis, recreanz et faillis, Quant ils sont d'aucuns assaillis, Eschars, merdeux, lasches et chiches [E. DESCH., Poésies mss. f° 553]
    Ah ! es-tu là, truant merdoux ? Quel bon varlet ! mais à quoy faire ! [, Coméd. de Patel.]

ÉTYMOLOGIE

  • Merde.