metteur, euse

METTEUR, EUSE

(mè-teur, teû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui met. Il ne s'emploie guère que dans les locutions suivantes.
Metteur en œuvre, ouvrier dont le travail consiste à monter des perles fines aussi bien que des perles fausses, et des pierres précieuses aussi bien que des imitations.
En attendant, madame, que les metteurs en œuvre me donnent les instructions précises sur vos chaînes de montre [VOLT., Lett. Mme d'Argental, 26 déc. 1770]
Fig. Cet écrivain est un habile metteur en œuvre des idées d'autrui.
Metteuse en main, ouvrière qui forme la soie en paquets d'un poids déterminé nommés mains. Terme d'imprimerie. Metteur en pages, ouvrier chargé de rassembler les différents paquets de composition pour en former des pages et des feuilles. Terme de sculpture. Metteur au point, celui qui dégrossit un statue. Metteur à port, se disait, à Paris, des ouvriers établis sur les ports pour décharger les marchandises.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quant aucun fait ung autre son metteur ou son achateur de son houstel de menues choses.... [, Anc. coust. de Bret. f° 105, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Mettre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    METTEUR. Ajoutez :
    Terme de soierie. Metteur en carte, dessinateur qui fait sur un papier quadrillé le plan du tissu que l'on veut produire, en marquant minutieusement la place de chaque fil.
    Quel est l'industriel qui ne dira pas à son meilleur dessinateur, par exemple, - pardonnez-moi l'expression, elle est de mon métier, - à son meilleur metteur en carte... [, Journ. offic. 25 mars 1873, p. 2073, 2e col.]
    Metteur en bronze, celui qui met en couleur de bronze des pendules, des candélabres et autres objets en métal [, Tarif des patentes, 1858]