minet, minette

MINET, MINETTE

(mi-nè, nè-t') s. m. et f.
Petit chat, petite chatte.
Tu réveilles ta maîtresse, Minette, par tes longs cris [BÉRANG., Chatte.]
Il se dit aussi, en termes d'amitié, aux petites filles, jeunes filles, jeunes femmes. Qui, minette, je le ferai. On dit quelquefois minet en parlant d'un jeune garçon.
....Qu'on l'aimait fort [le jeune Grignan], qu'on prenait quelquefois la liberté de l'appeler le petit matou, d'autres, plus polis, à cause de la jeunesse, le minet [SÉV., 4 févr. 1689]
Dès le patron minet, voy. PATRON.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Mais tous ses mots ne me sont que minettes [petites mines] Que souvent font les dames sadinettes Aux pauvres sots qui ne sont pas rusez [, le Loyer des folles amours, p. 322, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Minette [chatte] [, Nuits de Straparole, p. 397, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Diez rapporte le radical de minet au radical de menin, qui signifie petit ; mais ce qui paraît plus vraisemblable, c'est que minet, minette est un diminutif de mine 1, comme le montre l'exemple du XVe siècle, et s'est dit de l'animal qui fait des mines. Il y avait aussi mineux, qui fait la mine.