mineure

Recherches associées à mineure: Asie Mineure

MINEURE

(mi-neu-r') s. f.
Terme de logique. Dans un syllogisme, celle des deux prémisses qui contient le petit extrême, c'est-à-dire le sujet de la conclusion ; c'est le petit terme, celui qui rapporte l'espèce au genre, tandis que la majeure rapporte le genre à l'attribut, et la conclusion l'espèce à l'attribut. Tout homme est mortel (majeure) ; or Socrate est un homme (mineure) ; donc il est mortel (conclusion).
La majeure en est inepte, la mineure impertinente, et la conclusion ridicule [MOL., Mar. for. 6]
Terme de la faculté de théologie. L'acte le plus court de la licence qui commençait à une heure après midi et finissait à six heures.
À la mineure, loc. adv. Aux moindres voix, à la minorité (locution vieillie).
Il vaudrait mieux recueillir les voix à la mineure [MONTESQ., Lett. pers. 86]

ÉTYMOLOGIE

  • Mineur 2.

mineure

MINEURE. s. f. T. de Logique. La seconde proposition d'un syllogisme. Nier, accorder, prouver, distinguer la mineure, une mineure.

mineure

MINEURE se dit aussi de La thèse que les étudiants en théologie soutenaient durant le cours de la licence, et dans laquelle il ne s'agissait ordinairement que de théologie positive. On appelait cet acte Mineure, parce que c'était le plus court de tous ceux qu'on soutenait pendant la licence. Soutenir une mineure. Faire sa mineure. On le nommait aussi Mineure ordinaire.