ministère

Recherches associées à ministère: ministère des Affaires étrangères

ministère

n.m. [ du lat. ministerium, service, de minister, serviteur ]
1. Fonction, charge de ministre ; temps pendant lequel on l'exerce : Refuser le ministère de l'Éducation. Son ministère a été marqué par de grandes réformes.
2. Ensemble des ministres qui composent le gouvernement d'un État : Former un ministère.
3. Administration dépendant d'un ministre ; bâtiment où se trouvent ses services : Tout le ministère s'est mobilisé. Aller au ministère.
4. Fonctions, charges religieuses que l'on exerce ; sacerdoce.
Ministère public,
magistrats veillant à l'application des lois au nom de la société (on dit aussi magistrature debout ou parquet).

MINISTÈRE

(mi-ni-stè-r') s. m.
Service manuel, métier.
Deux enfants à l'autel prêtaient leur ministère [RAC., Athal. II, 5]
Il était d'une fort basse naissance, originaire de Tarente, où il avait exercé les plus vils ministères, et d'où il avait été chassé pour avoir voulu livrer sa ville aux Romains [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 234, dans POUGENS]
Fonction, office.
Un magistrat qui n'a rien ignoré ni rien négligé dans son ministère [FLÉCH., Lamoignon.]
Le ministre [Richelieu] s'appliquait aux affaires d'État, et lui laissait [à Mme d'Aiguillon] le ministère de ses libéralités et de ses aumônes [ID., Aiguillon.]
Il prie, il exhorte, il catéchise, il se partage et fait lui seul tous les ministères de l'Église [ID., Panég. III, 365]
Ce n'est pas, messieurs, que je veuille blâmer ici ces ministères honorables où la Providence de Dieu l'avait élevé, qui sont les fruits de la réputation et du mérite [ID., le Tellier.]
N'ai-je en vue que ces ministères laborieux dans l'héritage de Jésus-Christ ? [MASS., Confér. Vocation, 1]
Leur désintéressement [d'avocats] et le vôtre sont dignes de l'illustre profession dont le ministère est de défendre l'innocence opprimée [VOLT., Polit. et législ. Lett. à M. Élie de Beaumont.]
Le consul m'a chargé d'un autre ministère [SAURIN, Spartacus, III, 4]
Le ministère de la parole, de l'éloquence, etc. les fonctions qui exigent le talent de l'orateur, etc.
La prière et le ministère de la parole, c'était l'unique occupation des pasteurs [MASS., Confér. Excell. du sacerd.]
Le ministère des autels, le saint ministère, ou, absolument, le ministère, le sacerdoce.
Ils [les lévites] seront employés dans le ministère, et ils camperont autour du tabernacle [SACI, Bible, Nomb. I, 50]
La Providence, qui m'a honoré du saint ministère où je m'emploie par ses ordres [BOURDAL., Exhort. sur l'observ. des règles, t. I, p. 221]
Il n'est que trop à craindre que cette sainteté ne soit que dans le ministère, sans être dans les ministres [ID., 5e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 480]
Voyant, au travers des défauts de l'humeur et de l'esprit de ceux que Dieu souffrait dans ses ministères, l'honneur de leur vocation et la dignité de leur sacerdoce [FLÉCH., Dauphine.]
Le ministère quotidien, se disait, dans l'ancienne Église, de la patène avec le calice.
Le ministère de la justice, les fonctions de magistrat.
Il [un magistrat ambitieux] change en une souplesse de cour le rigide et inexorable ministère de la justice [BOSSUET, le Tellier.]
Ministère public, magistrature établie près de chaque tribunal pour y veiller au maintien de l'ordre public, et y requérir l'exécution et l'application des lois.
Entremise de quelqu'un dans une affaire. Je vous offre en cela mon ministère. Vous ne me refuserez pas votre ministère pour telle chose.
Voyez-vous bien quel est le ministère infâme Qu'ose exiger de nous la haine d'une femme ? [CORN., Rodog. II, 4]
Il veut frapper le coup sans notre ministère [ID., Héracl. III, 3]
Il [saint Grégoire] apprenait [par ses lettres] à saint Augustin [l'apôtre de l'Angleterre] à trembler parmi les miracles continuels que Dieu faisait par son ministère [BOSSUET, Hist. I, 11]
C'est peu que, le front ceint d'une mitre étrangère, Ce lévite à Baal prête son ministère [RAC., Ath. I, 1]
Les rois ne doivent régner qu'afin que les lois règnent par leur ministère [FÉNEL., Tél. VIII]
Je n'ai point refusé ce ministère affreux.... [VOLT., Alz. V, 5]
De tout Cythère Sois le courtier ; On payera bien ton ministère [BÉRANG., Ami Robin.]
La fonction d'un ministre ayant un département. Ci-gît le fameux Chamillard, De son roi le protonotaire ; Il fut un héros au billard, Un zéro dans le ministère, Épitaphe de Chamillard.
Les hommes du monde ont souvent écrit sur la religion dans la retraite, au déclin de leur vie.... mais il est bien rare que, dans cet intervalle de deux ministères, au milieu de toutes les vicissitudes d'une pareille attente, un homme d'État [Necker] se soit voué à un travail sans rapport immédiat avec l'administration [STAËL, Lett. sur les écrits et le caract. de J. J. Rousseau, Lett. 3]
Le département d'un ministre. Le ministère des finances, des affaires étrangères. Le temps pendant lequel la personne dont on parle a été ministre.
Le grand cardinal de Richelieu achevait son glorieux ministère, et finissait tout ensemble une vie pleine de merveilles [BOSSUET, le Tellier.]
Le lieu où sont établis les bureaux d'un ministère. Aller au ministère des finances, de la guerre. Collectivement, le corps des ministres ayant département.
D'lberville, gentilhomme canadien, qui avait fait à la baie d'Hudson, en Acadie, et à Terre-Neuve des coups de maître très hardis et non moins heureux, réveille en 1697 l'attention du ministère [RAYNAL, Hist. phil. XVI, 3]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il est defendu au concile de Calcedoine de recevoir un homme au ministere absolument, c'est à dire sans lui assigner un lieu auquel il exerce son office [CALVIN, Instit. 871]
    La verité de Dieu est conservée en l'Eglise par le ministere de la predication [ID., ib. 930]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ministeri ; espagn. et ital. ministerio ; du lat. ministerium, de minister, ministre. Ministerium avait donné, dans l'ancienne langue, mestier (voy. MÉTIER).

ministère

MINISTÈRE. n. m. L'emploi, la charge qu'on exerce. Satisfaire aux obligations, remplir les devoirs de son ministère. Cela n'est pas de mon ministère. Se bien acquitter de son ministère.

Le ministère des autels, le saint ministère, Le sacerdoce, les fonctions de prêtre. Se vouer au ministère des autels. On dit, dans le même sens, Se consacrer au ministère paroissial, Aux fonctions de prêtre d'une paroisse.

Faire une assignation, opérer une saisie par ministère d'huissier, Se servir, pour une assignation, une saisie, de l'officier ministériel appelé Huissier.

En termes de Palais, Ministère public, Magistrature établie près de chaque tribunal pour y veiller au maintien de l'ordre public et y requérir l'application des lois. La poursuite des crimes est réservée au ministère public. Le ministère public a soutenu l'accusation.

MINISTÈRE désigne aussi l'Entremise de quelqu'un dans une affaire, le service qu'on rend à une autre personne dans quelque emploi, dans quelque fonction. Il nous a offert, il nous a prêté son ministère. Vous pouvez compter sur son ministère.

MINISTÈRE signifie particulièrement Fonction des ministres chargés du soin des affaires publiques et dont l'ensemble constitue le gouvernement. Il désigne spécialement le Département qu'ils administrent. Le Ministère de la Justice, des Affaires étrangères, des Finances, de l'Intérieur, de la Guerre, de la Marine.

Il signifie aussi Temps pendant lequel la personne dont on parle a été ministre. Il s'est fait de grandes choses pendant son ministère.

Il désigne, par extension, les Bureaux placés sous la direction d'un ministre et aussi le Bâtiment où se trouvent ces services et la résidence du ministre. Les bureaux d'un Ministère. Aller au Ministère. Il passa devant le Ministère de la Guerre.

Il se dit, collectivement, de l'Ensemble des ministres. Le ministère était opposé à cette proposition. Entrer dans le ministère. La chute du ministère. Former, remanier un ministère.

ministère


MINISTèRE, s. masc. MINISTÉRIEL, ELLE, adj. MINISTRE, s. m. [3eè moy. et long. au 1er, é fermé aux deux suivans, e muet au dernier, 5e è moy. au 2d et au 3e èl, èle.] Ministre est celui dont on se sert dans l'exécution de quelque chôse. Il ne se dit que dans les chôses morales. "Il s'est fait le ministre des passions de ce Grand. "Les démons sont les ministres des vengences divines. "La guerre, la peste, la famine, ministres du courroux du Ciel. = Ministres d'État, ou simplement Ministres, ceux qui sont chargés par le choix du Prince des afaires principales du gouvernement, et qui ont entrée dans les Conseils. "Premier Ministre; principal Ministre. "Ministre et Secrétaire d'État. = Les Prédicans, chez les Calvinistes, et les Luthériens, s'apèlent Ministres. "Mr. le Ministre. La femme, la fille du Ministre. "Grand nombre de Ministres se convertirent dans cette occasion.
   MINISTèRE, 1°. emploi, charge, fonction. "Se bien aquiter de son ministère. "Cela n'est pas de mon ministère. = 2°. Le Gouvernement d' un Ministre d'État. "Le ministère du Cardinal de Richelieu a été illustre. "Sous le ministère du Cardinal de Fleuri. = 3°. Terme collectif: les Ministres. "Le Ministère, ou tout le Ministère étoit oposé à ce projet. = 4°. Le Ministère Public se dit, et des fonctions des Gens du Roi. "Cette afaire demande l'intervention du Ministère Public; et des Gens du Roi eux-mêmes. "La vengence des crimes est réservée au Ministère Public.
   MINISTÉRIEL, se dit avec chef, en parlant du Pape. Il est qualifié de chef ministériel de l'Église, dont J. C. est le chef essentiel. = On dit dans d'autres occasions, et dogmatiquement, pouvoir ministériel, puissance ministérielle.
   Rem. 1°. Ministre est toujours masculin, même quand il modifie un nom du genre féminin.
   Dois-je prendre pour juge une troupe insolente,
   D'un fier usurpateur ministre violente.
       Rac. Fr. Én.
J'aime à croire que Racine aurait changé ce vers, s'il eût retouché dans un âge plus mûr, cette pièce, composée dans sa jeunesse. Quoiqu'il en soit, je pense qu'on doit dire ministre violent, quoiqu'il se raporte à troupe. = 2°. Ministre est beau au figuré, et apliqué aux chôses inanimées.
   Ministre cependant de nos derniers suplices,
   La mort, sous un ciel pur, sembloit nous respecter.
       L. Rac.

Traductions

ministère

Ministerium, geistliches Amtministryministerie, kabinet, priesterschap, regering, geestelijk ambtמיניסטריון (ז), משרד (ז)kabinetministerium, præstekaldministraro, ministrejoministerio, clerecíaministero, dicasteroministériobakanlar kurulu, bakanlık, papazlıkυπουργείο, ιερατείοминистерство, духовенствоكَهْنُوتٌ, وِزَارَةٌkněžský úřad, ministerstvoministeriö, papin virkaministarstvo, svećenićka služba省, 聖職부, 사역departement, presteembeteduszpasterstwo, ministerstwodepartement, prästämbeteกระทรวง, การช่วยเหลือbộ, đoàn mục sư牧师职位, 部委 (ministɛʀ)
nom masculin
1. fonction, service d'un ministre le ministère de l'Éducation nationale
2. gouvernement former un ministère

ministère

[ministɛʀ] nm
ministry (Grande-Bretagne), department
le ministère des Affaires étrangères → the Foreign Office
(RELIGION)ministry
ministère public nm (DROIT)Prosecution, State Prosecutor