mise


Recherches associées à mise: mise en place, nise

1. mise

n.f. [ p. passé fém. de mettre ]
1. Action de mettre, de placer qqch, qqn dans un lieu particulier : La mise en bouteilles d'un vin. Mise à la porte.
2. Fait d'inscrire, d'enregistrer qqch : Mise à l'index d'un livre considéré comme pernicieux.
3. Action de mettre qqn, qqch dans une certaine situation : Mise en liberté. Mise à la retraite. Mise en vente.
4. Action de faire passer qqch dans un nouvel état : Mise en tas. Mise en veilleuse. Mise à jour d'une base de données.
5. Action d'organiser, de disposer pour une certaine finalité : Mise en ordre. Mise au propre.
6. Action de faire apparaître d'une certaine manière : Mise en lumière, en évidence. Mise en valeur, en relief.
7. Action d'effectuer certaines actions en vue d'un résultat : Mise en eau d'un barrage. Mise sous tension d'une installation électrique. Mise à feu du moteur d'une fusée.
8. Action de donner l'impulsion initiale à qqch : Mise en route. Mise en chantier. Mise en service.
Mise à pied,
mesure disciplinaire consistant à priver, pendant une courte durée, un salarié de son emploi et du salaire correspondant.
Mise à prix,
détermination du prix de ce que l'on vend ; somme à partir de laquelle démarrent les enchères dans une vente publique ; en Suisse, vente aux enchères.
Mise au point,
opération qui consiste, avec un instrument d'optique, à rendre l'image nette ; fig., explication destinée à éclaircir, à régler des questions restées jusque-là dans le vague.
Mise en page ou en pages,
assemblage, d'après la maquette, des divers éléments de texte et d'illustration d'un livre, d'un journal, etc., pour obtenir des pages d'un format déterminé, en vue de l'impression.
Mise en plis,
opération qui consiste à mettre en boucles les cheveux mouillés en vue de la coiffure à réaliser après le séchage.
Mise en scène,
réalisation scénique ou cinématographique d'une œuvre lyrique ou dramatique, d'un scénario ; fig., présentation dramatique et arrangée d'un événement.

2. mise

n.f. [ p. passé fém. de mettre ]
1. Manière de se vêtir, d'être habillé : Soigner sa mise tenue, toilette
2. Action de risquer de l'argent au jeu, ou dans une affaire ; cet argent : Perdre, doubler sa mise. Une mise de fonds considérable.
De mise,
Sout. convenable, opportun (s'emploie souvent dans une phrase négative) : De telles paroles n'étaient pas de mise ici.
Sauver la mise,
retirer l'argent engagé, sans rien perdre ni gagner.
Sauver la mise à qqn,
le tirer d'une situation où il risque de tout perdre.

MISE

(mi-z') s. f.
Ce qu'on met soit dans une société de commerce, soit au jeu. Nous jouons petit jeu, la mise n'est que de cinq francs.
Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agents, Des registres exacts de mise et de recette [LA FONT., Fabl. XII, 7]
Les hommes tirèrent au blanc une mise donnée par Mme d'Orbe [J. J. ROUSS., Hél. V, 6]
Le ciel a béni l'entreprise, Et nous avons au moins décuplé notre mise [SAURIN, Beverlei, III, 8]
Enchère. J'ai fait plusieurs mises ; mais on a toujours surenchéri.
L'emploi de l'argent, la dépense ; l'état qu'on en dresse dans un compte (vieilli en ce sens). La mise excède la recette. Fig. N'en faire ni mise ni recette, ou ni mise ni compte, n'en tenir compte.
Ce brave seigneur me dit que je ne me misse point en peine ; que, de ce pas, il dépêchait un de ses substituts à Saint-Germain pour avertir le roi des ruses de M. de Liancourt ; et, quant à Royer, que je n'en fisse ni mise ni recette, d'autant que c'était un homme couché bien avant dans ces registres et en bien noirs caractères [FR. GARASSE, Récit des persécutions contre les jésuites, ms. inédit, cité par CH. NISARD, Journal de l'instruction publique, 2 août 1860]
De toutes ces plaintes féminines, je n'en fais ni mise ni compte [GUI PATIN, Lettres, t. IV, p. 162, dans POUGENS]
Qualité d'une monnaie qui a cours. Monnaie de mise. Ces espèces-là ne sont plus de mise. Fig. et familièrement. De mise, qui est reçu, accepté, trouve faveur, en parlant des personnes.
Aller dans l'autre monde est très grande sottise, Tant que dans celui-ci l'on peut être de mise [MOL., Sgan. 4]
C'est un homme qui est de mise un quart d'heure de suite, qui, le moment d'après, baisse, dégénère, perd le peu de lustre qu'un peu de mémoire lui donnait [LA BRUY., II]
[Le duc de Sully] c'eût été un honnête homme et de mise, s'il n'eût point été si étrangement et si obscurément débauché [SAINT-SIMON, 336, 168]
J'ai vu une femme à la foire qui avait quatre mamelles et une queue de vache à la poitrine ; elle était monstre sans difficulté, quand elle laissait voir sa gorge, et femme de mise quand elle la cachait [VOLT., Dict. phil. Monstres.]
Cet homme est de mise, il est fait pour la bonne compagnie.
Garçon bien fait, beau parleur et de mise [LA FONT., Gag.]
J'avais partout quelque connaissance de mise [J. J. ROUSS., Ém. V]
Se faire de mise, se faire recevoir, accueillir.
Il y [à Paris] vient de tous lieux des gens de toute sorte ; Et dans toute la France il est fort peu d'endroits Dont il n'ait le rebut aussi bien que le choix ; Comme on s'y connaît mal, chacun s'y fait de mise [CORN., Ment. I, 1]
En parlant des choses, être de mise, être valable, convenable.
Ceux qui ont dit que la neige est noire ont laissé des successeurs qui, s'ils ne disent la même impertinence, en diront d'autres qui ne seront pas de meilleure mise [MALH., à Balzac, dans GODEFROY, Lex. de Corn. t. II, p. 49]
Combien en connaissais-je à qui tout est de mise ! [RÉGNIER, Dial.]
Il est impossible qu'on s'imagine qu'à des personnes de votre rang et à des esprits de l'excellence du vôtre, on présente rien qui ne soit de mise, puisqu'il est tout vrai que vous avez un tel dégoût des mauvaises choses.... [CORN., Clit. dédic. au duc de Longueville.]
En lieu de sûreté le babil est de mise [ID., l'Illusion, IV, 9]
Venez, cette raison est de mauvaise mise [ID., Place roy. II, 8]
Ces beautés [à la scène] étaient de mise en ce temps-là [ID., Ex. du Cid.]
Que tout y soit bien ajusté, Que rien n'y penche d'un côté, Rien n'y soit de mauvaise mise, Rien n'y sente la barbe grise [ID., Poés. div. Bagatelle.]
Ton excuse n'est point une excuse de mise [MOL., Amph. II, 3]
On est blâmable de ne pas mettre ses goûts et ses répugnances au niveau des goûts et des répugnances qui sont de mise [LE P. BUFFIER, 1726, dans DESFONTAINES]
Cette étoffe n'est pas de mise, n'est plus de mise, elle n'est plus de mode, ou bien la saison de la porter est passée, ou enfin elle est usée.
Terme de jurisprudence. Mise en possession, formalité juridique par laquelle on est mis en possession d'un bien. Mise en accusation, en jugement, décision par laquelle on met un prévenu en accusation, un accusé en jugement. Mise en liberté, décision par laquelle le prévenu ou l'accusé est mis en liberté. Mise en cause, action d'appeler une personne dans un procès. Mise en délibéré, jugement qui ordonne un délibéré. Mise en demeure, interpellation faite au débiteur, pour qu'il ait à remplir ses obligations, et déclaration que, passé telle époque, il sera considéré comme retardataire. Frais et mise d'exécution, frais qu'un créancier est obligé de faire pour employer son titre. Mise à prix, déclaration du prix d'un objet, qui est faite en diverses circonstances par le vendeur. Mise en état de siége, déclaration officielle des mesures prises pour la défense d'une ville, d'un pays.
Mise en vente, l'action de vendre ou faire vendre quelque chose.
Terme de commerce. Mise hors, argent déboursé, avancé pour les frais d'une entreprise.
Mise en œuvre, l'action de mettre en œuvre une matière quelconque.
Mise en scène, les préparatifs, les soins qu'exige la représentation d'une pièce de théâtre. Une mise en scène dispendieuse. Mise en action, l'action de donner un effet réel à.
Rien ne retarda les mouvements des troupes, qui étaient la mise en action de ce manifeste [la déclaration du 1er mars 1815 des puissances alliées contre Napoléon] [VILLEMAIN, Souvenirs contemp. les Cent jours, V]
10° Terme d'imprimerie. Mise en pages, l'action de rassembler les paquets de composition pour en faire des pages et des feuilles. Mise en train, l'action de tout disposer pour le tirage d'une forme. Mise en casse, action de jeter les lettres dans les cassetins. En général, mise en train, acte par lequel on fait commencer un travail, ou par lequel on met en action un mécanisme quelconque.
11° Mise en subsistance, position d'un militaire momentanément attaché, quant à l'administration, à un autre corps que le sien. Mise en disponibilité, peine infligée à un officier, à un fonctionnaire civil, par laquelle toute fonction lui est ôtée, sans qu'il soit destitué. Mise à la retraite, action de donner sa retraite à un employé. Mise à pied, interdiction de travailler dont l'administration frappe un cocher qui a commis quelque faute grave ; se dit, par extension, d'un fonctionnaire destitué ou disgracié.
12° Terme de construction. Mise en ligne, manière de construire un mur à parement vertical, en se guidant sur des ficelles ou lignes tendues.
13° Terme de marine. Mise à l'eau d'un bâtiment, son lancement du chantier. Mise en place des couples, leur élévation sur la quille aux points où ils doivent rester dès le commencement de la construction.
14° Terme de musique. Mise de voix, tenue faite sur une des notes les plus sonores du diapason, en passant insensiblement du pianissimo au forté et du forté au pianissimo.
15° Manière de se mettre, de se vêtir.
Votre fille a vraiment une mise divine [PICARD, Entrée dans le monde, I, 10]
Mise en ce sens est un néologisme qui n'est dans le Dictionnaire de l'Académie qu'à partir de l'édition de 1835, et qui est blâmé par Mme de Genlis : Sa mise, une mise décente, en parlant de l'habillement de quelqu'un, expressions condamnées, Mém. t. V, p. 95, dans POUGENS.
16° Bassin carré destiné à recevoir le savon quand il est cuit, afin qu'il s'y refroidisse.
17° Trou conique par lequel on verse la graine de moutarde dans le moulin.
18° Pièce de fer forgée à laquelle on donne la forme propre à être soudée exactement à une masse ou à un autre morceau de fer. Pièce de bois sous la presse du papetier. Disposition des pièces de bois d'un train à flotter.
19° Mise-bas, parturition. La mise-bas de cette chienne.
20° Mise-bas, se disait autrefois des habits qu'on ne veut plus porter, et qu'on donne aux domestiques ou aux pauvres. Donner sa mise-bas.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si vous prient come à seigneur.... que vous asseurés la mise à tenir, et sachiés que il ne souferoient en nule maniere la guerre [VILLEH., CXXIII]
    Mestre Guillaumes au roi vint, Là où des gens ot plus de vingt ; Si dist : " sire, nous sons en mise Par le dit et par la devise Que li prelat deviseront [RUTEB., 75]
    En toz tex [tels] cas doivent estre li parçonniers oïs, li quel ne voelent riens metre es mises de l'iretage [BEAUMANOIR, XXII, 2]
    Procureres ne pot fere pes ne mise ne accordance ne concordance de le [la] querele son segneur, se li pooirs.... [ID., IV, 30]
  • XIVe s.
    Le magnifique fait teles despenses et expose grans mises pour bien et à bonne fin [ORESME, Eth. 113]
  • XVe s.
    Et davantage luy payer dix mil Angloys pour quatre moys, affin que plus aysement il portast les mises de l'armée [COMM., VI, 2]
  • XVIe s.
    Ce n'est pas defense de mise ni de recepte, si l'homme estant doué de sens allegue qu'il n'a point d'oreille pour ouir la verité [CALV., Instit. 26]
    La monnoie n'est pas de mise ; je n'en saurois avoir ni pain ni vin [DESPER., Contes, XX]
    Quand mise ou arbitrage est mis sur deux qui ne se peuvent accorder, ils ne peuvent prendre un tiers, s'il ne fut mis en la mise [compromis] [LOYSEL, 359]
    Nous sommes grands mesnagiers de nostre mise [MONT., I, 314]
    Il s'est desmis de sa bourse, de sa recepte et de sa mise [ID., I, 318]
    Nous appelons monnoye, non celle qui est loyale seulement, mais la faulse aussi qui a mise [ID., III, 77]
    La naïfveté et la verité pure, en quelque siecle que ce soit, treuvent encore leur opportunité et leur mise [ID., III, 238]
    L'acheteur qui auroit fait laditte mise à prix de la chose subhastée [, Coust. génér. t. I, p. 678]

ÉTYMOLOGIE

  • Mis.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MISE. Ajoutez :
    21°
    Dans l'exploitation du bois de flottage, mise en état, travail consistant à rendre à chacun le bois mis en commun dans le flot en écoulage, [, Mém. de la Soc. centr. d'agric. 1873, p. 260]

mise

MISE. n. f. Action de mettre. Mise en bouteilles. Mise en marche. Mise en bière. Mise au point. Mise en valeur.

En termes d'Administration, Mise en disponibilité, Suspension temporaire de fonctions, accordée ou imposée à un officier, à un employé civil. On dit de même Mise à la retraite.

Mise en état de siège, Déclaration qui place un pays ou une ville, en cas de danger, sous un régime exceptionnel, jugé nécessaire à la défense ou à la sûreté publique.

En termes de Jurisprudence, Mise en possession, Formalité juridique par laquelle on est mis en possession d'un bien.

Mise en accusation, en jugement, Décision par laquelle on met un prévenu en accusation, un accusé en jugement.

Mise en cause, Action d'appeler une personne dans un procès. Il signifie par extension le Fait de mêler à un débat une tierce personne.

Mise en délibéré, Jugement qui ordonne un délibéré.

Mise en demeure, Interpellation faite à un débiteur pour qu'il ait à remplir ses obligations, et, d'une façon plus générale, Sommation faite à quelqu'un d'exécuter ce qu'il a promis, de s'expliquer, etc.

Mise en liberté, Décision par laquelle le prévenu ou l'accusé est mis en liberté.

Mise en scène, Les préparatifs, les soins qu'exige la présentation d'une pièce de théâtre. Il désigne aussi par extension l'Ensemble des décors destinés à encadrer la pièce et des accessoires nécessités par l'action, et aussi la Façon dont sont réglés les gestes, les entrées et sorties des acteurs. Il se dit encore de l'Effet scénique ainsi obtenu. La mise en scène de cette pièce a été fort coûteuse. Une partie du succès qui a accueilli cette pièce est due à une mise en scène pleine de goût.

Figurément, il désigne l'Apparat, la pompe extérieure. Cet orateur, cet homme politique aime la mise en scène.

Mise en vente, L'action de mettre quelque chose en vente. La mise en vente d'un ouvrage.

Mise à prix, Déclaration du prix que l'on indique comme point de départ d'une enchère.

Mise en oeuvre, L'action de mettre en oeuvre une matière quelconque. Il était aisé de rassembler les matériaux, c'est la mise en oeuvre qui était difficile.

En termes d'Imprimerie, Mise en pages, Action de rassembler les paquets de composition pour en faire des pages. Il est chargé de la mise en pages. On appelle, dans le même Art, Mise en train l'Action de tout disposer pour le tirage d'une forme.

Mise bas, Action, pour un animal, de mettre bas. La mise bas d'une chienne.

MISE signifie aussi Ce qu'on met, soit au jeu, soit dans une affaire. Nous jouons petit jeu, la mise est de cinq francs. Retirer sa mise. Doubler sa mise. Sa mise dans cette affaire est de cent cinquante mille francs. Mise de fonds.

Fig. et fam., Cette raison, cette excuse n'est pas de mise, Cette raison n'est pas valable, cette excuse n'est pas recevable. Ces manières-là ne sont pas de mise, ne sont plus de mise, Elles ne conviennent pas, elles ne conviennent plus. Cette étoffe n'est pas de mise, n'est plus de mise, Elle n'est plus de mode ou bien La saison de la porter est passée.

MISE signifie aussi Manière de se mettre, de se vêtir. Avoir une mise décente, négligée, élégante.

mise

Mise, f. penac. Est la despense qu'on fait par employ et fourniture de deniers Expensum, Les notaires en leurs contracts, synoniment ces mots Cousts, Frais, Mises et Despens. Aussi dit on mettre deniers ou argent pour employer, frayer et despendre, Pecuniam insumere, expendere, Mise aussi se prend pour les chapitres de despense d'un compte, Tabulae expensi, Selon ce on dit la Mise excede la recepte, Tabulae expensi, Accepti tabulas superant.

mise


MISE, s. f. [Mîze; 1re lon. 2e e muet.] 1°. Ce qu'on met au jeu ou dans une société de comerce. "Sa mise est de cinquante louis, de cent mille francs. = 2°. Enchère. "La dernière mise est à tant. "Ma mise a couvert la siène. = 3°. Au Palais, mise en possession, formalités pour mettre en possession. = 4°. Être ou n'être pas de mise; avoir, ou n'avoir pas cours. "Argent de mise; ces espèces ne sont plus de mise. = Fig "Cet homme est de mise, il est présentable, recevable. "Cette raison, cette preûve, cette excûse n'est pas de mise, n'est pas admissible ou valable et recevable.

Synonymes et Contraires

mise

nom féminin mise
1.  Argent placé au jeu.
2.  Manière d'être habillé.
Traductions

mise

הנחה (נ), העמדה (נ), השמה (נ), חגירה (נ), שימה (נ), הֲנָחָה, הַעֲמָדָה, הֲשָׂמָהinzetstake, outlayβάλσιμοpuntatamarkedsføring배치utsläppande (miz)
nom féminin
1. action de mettre quelque part la mise en place de qqch
2. somme jouée augmenter la mise
3.
a. réglage d'un appareil faire la mise au point de jumelles
b. action de préciser, d'expliquer qqch nécessiter une mise au point

mise

[miz] nf
(au jeu)stake
(soutenu) (= tenue) → attire
être de mise (= avoir cours, être d'actualité) → to reign
l'optimisme est de mise → optimism reigns

Mise

abr = marquise
mise à feu nfblast-off
mise à jour nfupdate
mise à jour de logiciel → software upgrade
mise à mort nfkill
mise à pied nf [employé] → suspension, lay-off
mise à plat nf (= examen au cas par cas) → case-by-case review
mise à prix nfreserve price (Grande-Bretagne), upset price (USA)
mise au point nf
(PHOTOGRAPHIE)focusing
(fig) (= explication) → clarification
mise de fonds nfcapital outlay
mise en bouteille nfbottling
mise en plis nfset
mise en scène nfproduction
mis en examen
nm/f (= personne) → indictee
nf (= action) → charging, indictment