mitré

(Mot repris de mitrés)

mitre

MITRE. n. f. Coiffure que portent les évêques quand ils officient en habits pontificaux. La mitre en tête. Officier avec la mitre et la crosse. En quelques églises les chanoines et certains abbés portaient la mitre.

Recevoir la mitre, Être nommé évêque.

En termes d'Antiquités, il se dit d'une Coiffure qui était en usage chez les femmes romaines et qui venait originairement des Perses.

MITRE se dit aussi d'un Dispositif en forme de mitre placé au-dessus d'une cheminée, pour l'empêcher de fumer.

mitré

MITRÉ, ÉE. adj. Qui porte la mitre. Il n'est guère usité que dans ces locutions : Abbé crossé et mitré; abbaye crossée et mitrée.

mitre

Mitre, f. penac. Mitra, et habent redimicula mitrae.

Mitre, crosse, et chappe, Mitra, Lituus, et trabea, B.

Une petite mitre, Mitella.

mitré

Mitré, Mitellatus, Mitrophorus, B.

¶ Estre mis à l'eschelle et mitré, Ad scalas digamorum trigamorumque exponi, mitella picta infamanteque conspicuum, B.

mitre


MITRE, s. f. MITRÉ, ÉE, adj. [2e e muet au 1er, é fer. au 2d et 3e.] En termes d'Antiquaire, mitre est une espèce de coifure des Dames Romaines, qui l'avaient empruntée des Grecques. = Parmi nous, ornement de tête, que les Évêques, les Abés Réguliers, et dans quelques Chapitres, ou les Chefs, ou tous les Chanoines portent à l'Église quand ils oficient. "Oficier avec la mitre et la crôsse; ou simplement, avec la mitre. = Mitré se dit des Abés et des Abayes. Abé crossé et mitré. Abaye crossée et mitrée.