morigéné, ée

MORIGÉNÉ, ÉE

(mo-ri-jé-né, née) part. passé de morigéner
Dont les mœurs se sont améliorées.
Et chacun sait que maître Énée, Personne bien morigénée, Était sans faste et vanité, Adoré pour sa charité [SCARR., Virg. VI]
Vous avez-là un grand garçon bien mal morigéné, monsieur [REGNARD, Sérén. sc. 8]
Qui a reçu une réprimande. Ce jeune homme morigéné par son père. Par plaisanterie.
Le sanglier mal morigéné s'est impertinemment détourné contre nous [MOL., Am. magn. V, 1]