mortaise

mortaise

n.f.
Cavité pratiquée dans une pièce de bois ou de métal, pour recevoir le tenon d'une autre pièce.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

MORTAISE

(mor-tê-z') s. f.
Entaillure dans une pièce de bois ou de métal pour recevoir un tenon.
Émile, un ciseau d'une main et le maillet de l'autre, achève une mortaise [J. J. ROUSS., Ém. V]
Terme de serrurier. Ouverture que l'on fait dans une gâche pour recevoir un pêne. L'ouverture qu'il y a en tête du madrier des plombiers, et sur laquelle ils suspendent leurs moules à tuyaux.
Petite pièce de bois percée de trous, par lesquels passent les sautereaux des clavecins et des épinettes.
Terme de marine. Vide d'un moufle où l'on met le rouet. Trou dans lequel passe la tête du mât de hune.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et nud à nud (pour mieux leurs corps ayser) Les vy tous deux par ung trou de mortaise [VILLON, Ballade, Contredit de Franc-Gontier.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue. Mordre ne peut donner mortaise. L'anglais mortise vient du français. On cite le kimry mortais, irl. mortis, mortaise ; mais sont-ils indigènes ?
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

mortaise

MORTAISE. n. f. T. d'Arts. Entaille pratiquée dans une pièce de bois ou de métal pour y recevoir le tenon d'une autre pièce quand on veut les assembler. Ouvrage assemblé à tenons et à mortaises.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

mortaise


MORTAISE: Voy. MORTOISE.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

mortaise

גרז (ז), גֶּרֶז

mortaise

mortasa

mortaise

mortise

mortaise

mortise

mortaise

[mɔʀtɛz] nfmortise
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005