mouillure

mouillure

n.f.
1. Action de mouiller mouillage
2. État de ce qui est humide.

MOUILLURE

(mou-llu-r', ll mouillées, et non mou-yu-r') s. f.
Action de mouiller. La mouillure du papier avant l'impression. État de ce qui est mouillé.
Arrosement léger.
Terme de grammaire fort peu usité. Intercalation, dans une syllabe, soit d'une l mouillée, soit d'un i.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    C'est à savoir qu'il n'achatera de laron et de larronesse à son escient, ne en bordel ne en taverne, se il ne set de qui, ne chose moillée ne sanglante, se-il ne set dont le sanc et la moilleure vient [, Liv. des mét. 196]
  • XVe s.
    Ung peu du jour demoura le chevalier en tel point, tant qu'il fut essuyé de sa mouillure [, Perceforest, t. V, f° 86]

ÉTYMOLOGIE

  • Mouiller ; provenç. moylladura ; cat. mulladura ; esp. mojadura ; port. molhadura.

mouillure

MOUILLURE. n. f. Action de mouiller ou État de ce qui est mouillé. La mouillure du papier avant l'impression.

Il signifie encore, en termes de Grammaire, Action de mouiller une consonne. La mouillure de l'n.

Il se dit spécialement des Traces laissées par l'humidité. Il y a des mouillures dans ce livre. Exemplaire avec mouillures.

Traductions

mouillure

[mujyʀ] nfwet patch