moutonné, ée

MOUTONNÉ, ÉE

(mou-to-né, née) part. passé de moutonner
Frisé comme la laine du mouton.
M. de Turenne, qui était vêtu fort simplement, m'en railla devant le cardinal, et me dit que j'étais bien moutonné, ce fut son terme [LOMÉNIE DE BRIENNE, Mém. inéd. t. II, p. 279, dans POUGENS]
...le champ des tombeaux, Où l'herbe moutonnée Couvre, après la journée [après la vie], Le sommeil des hameaux [LAMART., Harm. III, 10]
Se dit quelquefois de l'aspect du ciel et des nuages, quand ceux-ci sont blancs et forment des flocons pressés.
Terme de géologie. Roches moutonnées, roches proéminentes qui se montrent usées en forme de mamelons arrondis après le passage d'un glacier.
Se dit de la tête du cheval, quand, vue de côté, elle forme une ligne convexe depuis les yeux jusqu'au bout du nez comme la tête du mouton.
Les chevaux barbes ont la tête belle, petite et assez ordinairement moutonnée [BUFF., Cheval.]