mué

mue

MUE. n. f. Changement de poil, de plumes, de peau, de cornes, etc., qui arrive aux animaux, ou tous les ans, ou à certaines époques de leur vie. La mue du cerf, du serpent, des oiseaux, des vers à soie. Cet oiseau est à la première, à la seconde, à la troisième mue.

Il se dit aussi de l'Époque où ces changements se font. La mue arrive. Voici la mue. La mue est passée.

Autour de trois mues, Autour qui a mué trois fois, qui a trois ans.

MUE désigne, par extension, la Dépouille d'un animal qui a mué. Ainsi on appelle Mue du cerf le Bois que le cerf a mis bas; et Mue du serpent la Peau que le serpent a laissée.

MUE se dit encore, surtout en Fauconnerie, d'une Sorte de grande cage où l'on met un oiseau quand il mue. Une mue de faucon. Il ne faut pas laisser voler ces oiseaux, il faut les tenir dans la mue.

Il désigne aussi par extension un Lieu étroit et obscur, une cage où l'on tient la volaille pour l'engraisser. Mettre des chapons en mue.

MUE se dit aussi, par analogie, du Changement qui se produit dans la voix humaine à l'époque de la puberté.

mue

MUE. adj. f. Vieux mot qui est le même que Muette et qui ne s'emploie que dans cette expression, Rage mue, Rage où l'animal qui est atteint de cette maladie écume, mais ne crie ni ne mord.

muë

Muë, C'est proprement changement, Mutatio, dont il vient. Ainsi dit on la muë du Cerf, c'est le changement de sa teste, qu'il jette et refait tous les ans en Fevrier et Mars, et par catachrese c'est aussi la mesme teste et rameure du Cerf apres qu'elle est jettée, Cornua cerui decidua, Cerui vernatio. Selon ce aussi on dit la muë du Faulcon, c'est le ject et despoüillis que le Faulcon fait de ses pennes tous les ans, et par catachrese se prend aussi pour les ans que l'oyseau a, selon ce on dit Faulcon d'une muë, Faulcon vieil muë du bois n'ayant eu que une muë par main d'homme. Et pour le lieu obscur ou une cage grande à larges barreaux où on met le Faulcon estant prest à se despoüiller de ses pennes jusques à ce qu'il les ayt refaites. Ainsi appelée parce qu'il muë dans icelle. Selon ce on dit mettre en muë, mettre hors de muë. On dit aussi par mocquerie la muë d'une femme, quand une femme surannée avec drogues corrosives s'est fait consumer la peau du visage, pour s'en faire venir une toute nouvelle et delicate.

mûe


MûE, s. f. MUER, v. n. [Mû-e, mu-é: 1re lon. au 1er, br. au 2d; 2e e muet au 1er, é fer. au 2d. Dans le verbe l'u est long devant l'e muet: il mûe, ils mûent. Au futur et au conditionel, cet e muet ne se fait pas sentir; il muera; il mueroit; pron. mûra, murè.] Mûe est le changement, qui arrive aux oiseaux, quand ils mûent, c. à. d. quand le plumage leur tombe. Le Subst. ne se dit que des oiseaux, des vers à soie, et des serpens. Le verbe se dit de certains animaux, à qui le poil tombe. = Muer se dit aussi des jeunes garçons, quand la voix leur change. = Mûe est encôre un lieu obscur et serré, où l'on tient la volâille pour l'engraisser.