musc

(Mot repris de muscs)

musc

[ mysk] n.m. [ lat. muscus ]
Substance odorante utilisée en parfumerie et produite par certains mammifères.

musc

(mysk)
nom masculin
parfum très odorant Le musc est fabriqué à partir des glandes de certains animaux. aimer l'odeur de musc dans un parfum

MUSC

(musk') s. m.
Animal ruminant qui produit le musc, dit aujourd'hui porte-musc ou chevrotain porte-musc (moschus moschiferus, L.).
Substance odorante que l'on trouve dans une poche située entre l'ombilic et les parties de la génération de cet animal.
Pour achever l'histoire des chèvres, des gazelles, des chevrotains et des autres animaux de ce genre, il ne nous manque que celle de l'animal aussi célèbre que peu connu duquel on tire le vrai musc [BUFF., Quadrup. t. V, p. 413]
La plus grosse vessie ne produit qu'une demi-once de musc ; son odeur est naturellement si forte, que, dans l'usage ordinaire, il faut la tempérer en y mêlant des parfums plus doux [RAYNAL, Hist. phil. III, 30]
Le paradis de Mahomet est une terre de musc et de la plus pure farine de froment [CHATEAUBR., Génie, I, VI, 6]
T'ai-je imprégné [mon habit] des flots de musc et d'ambre Qu'un fat exhale en se mirant ? [BÉRANG., Mon habit.]
Fig.
Je vous dirai, et il est aisé à tout le monde de le connaître, que mes écrits sentent beaucoup plus l'ambre et le musc, que l'huile ni la sueur [BALZ., Lett. 17, liv. I]
Musc kabardin, musc venant du Bengale ou plutôt du Thibet.
Couleur de musc, espèce de couleur brune.
Le poil est ondé ou jaspé de noir, sur un fond couleur de musc foncé avec trois bandes blanches distinctement marquées sur la poitrine [BUFF., Quadrup. t. XI, p. 2]
Drap musc, ou, simplement, musc, sorte d'étoffe qui était de cette couleur brune.
Les muscs minimes, gris de Maure, couleur de roi et de prince, noisettes et autres de couleur semblable, [, Règl. sur les manuf. août 1669, teinturiers en soie, laine et fil, art. 30]
Règlement pour la fabrique des draps musc fins, établis dans la ville de Romorantin, [, Arrêt du conseil, 8 mai 1718]
Un appartement tapissé de drap musc [LESAGE, Diable boit. ch. VI, dans POUGENS]
Peau de musc, peau parfumée de musc.
Musc végétal, nom donné à l'huile essentielle de la muscatelline, de la mauve musquée (malva moschata, L. malvacées) et du mimulus moschatus, Dougl. (scrophularinées).
Musc artificiel, espèce de résine jaune.
Musc indigène, fiente de vache séchée au soleil.
Herbe au musc, plante qu'on appelle aussi ambrette.
Gros musc d'hiver, poire d'hiver, longue et verte, qui a beaucoup de parfum, mais qui est fort pierreuse. Au plur. Des gros muscs.

REMARQUE

  • Du temps de Ménage on disait musque ; témoin le vaudeville : Je n'ai senti ni le musque ni l'ambre, etc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Une pomme d'or pleine de musque, à une grosse perle au bout, garnie d'un gros bouton de perles et un dyamant [DE LABORDE, Émaux, p. 402]
  • XVe s.
    Une belle pomme de must, qui se euvre par le milieu [ID., ib.]
    Leurs habitz sentoyent le cyprès Et le muscz si abondamment, Que l'on n'eust sceu estre au plus près Sans esternuer largement [, Arrêts d'amour, dans DE LABORDE, Émaux, p. 402]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. musc ; anc. espagn. musco ; ital. musco, muschio ; portug. almiscar ; arabe, almosk ; lat. muscum ; grec, qui n'est pas ancien dans la langue. Ces mots viennent du persan mosq, musc ; sanscrit, mushka, testicule.

musc

MUSC. n. m. Matière odorante que contient une poche située dans le ventre d'un Quadrupède ruminant, de la taille d'un chevreuil. Ce vêtement sent le musc. Un grain de musc.

Il se dit, par extension, du Quadrupède lui-même, appelé aussi PORTE-MUSC.

musc

Musc, Moschus.

musc


MUSC, s. m. [Musk: Richelet écrit musque ou musc, et préfère le premier: on ne dit plus que le second.] 1°. Sorte d'animal de la grandeur d'un chevreuil. = 2°. La liqueur qui sort de cet animal. "Grain de musc. Cela sent le musc. "Le musc est mal sain et incomode. = Couleur de musc, espèce de couleur brune.

Traductions

musc

מושק (ז)

musc

muskus

musc

麝香

musc

moskus

musc

mysk

musc

[mysk] nmmusk