myrte

myrte

n.m. [ gr. murtos ]
Arbuste aromatique, à feuillage toujours vert et à fleurs blanches.

MYRTE

(mir-t') s. m.
Arbrisseau toujours vert, dont les feuilles sont menues, et qui porte de petites fleurs blanches d'une odeur agréable.
Virgile ne place pas Phèdre aux enfers, mais dans ces bocages de myrtes où vont errant ces amantes qui même dans la mort n'ont pas perdu leurs soucis [CHATEAUBR., Génie, II, III, 3]
Fig. et poétiquement, l'amour, à cause que le myrte, chez les anciens, était consacré à Vénus.
Votre époux à son myrte ajoute ce laurier [CORN., Médée, IV, 2]
Va du myrte amoureux ceindre sa tête altière [VOLT., Henr. IX]
Myrte des marais, ou myrte bâtard, ou myrte du Brabant, voy. GALÉ. Myrte épineux, ou myrte sauvage, le fragon piquant. Myrte juif, variété de myrte commun. Myrte piment, espèce du genre myrte qui produit le piment de la Jamaïque. Myrte d'Australie, eugenia ou jambosa australis, arbre qui porte des fruits semblables à notre cerise.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    En païs chaud, le murte ou myrte vient gaiement sans nulle culture.... de deux principales sortes de murte y a il, distinguées par ces mots, noir et blanc, l'un aiant le fueillage de vert brun, et l'autre de vert gay.... l'un produit la fleur blanche, l'autre jaune [O. DE SERRES, 553]
    Le fruit du murte appelé myrtil sont des baies enfermant la graine [ID., 554]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. myrtre ; prov. mirt ; espagn. et ital. mirto ; du lat. myrtus ; dont le radical grec est, parfum.

myrte

MYRTE. n. m. Arbrisseau toujours vert, dont les feuilles sont menues et qui porte de petites fleurs blanches d'une odeur agréable. Chez les anciens le myrte était consacré à Vénus. Une couronne de myrte.

myrte


MYRTE, s. m. Arbrisseau toujours verd, qui porte des fleurs blanches, d'une odeur agréable. Le myrte était consacré à Vénus: aussi est-il célébré par les Poètes Érotiques.

Traductions