mystérieux, euse

MYSTÉRIEUX, EUSE

(mi-sté-ri-eû, eû-z') adj.
Relatif aux mystères religieux.
Et vous, ma sœur... allez à l'autel.... le sacré pontife vous attend avec ce voile mystérieux que vous demandez [BOSSUET, la Vallière.]
Au milieu d'un songe mystérieux, elle fit l'application de la belle comparaison de l'aveugle aux vérités de la religion et de l'autre vie [ID., Anne de Gonz.]
L'Église a tellement disposé l'année.... qu'on y trouve.... un mystérieux abrégé de l'Ancien et du Nouveau Testament [ID., Mar.-Thér.]
On a bien voulu que, dans le service, les prêtres eussent des habits mystérieux, symbole de la pureté et des autres dispositions que demande le culte divin [ID., Var. VII, § 90]
Qui contient quelque mystère, quelque chose de caché.
Voilà ce grand secret et si mystérieux Que n'en pouvait tirer votre amour curieux [CORN., Poly. III, 2]
D'une commune voix Thèbe offrit son empire à l'heureux interprète inspiré par les dieux, Qui nous dévoilerait ce sens mystérieux [VOLT., Œdipe, I, 1]
Qui a le caractère du mystère.
Leur doigt mystérieux se posait sur leur bouche [DUCIS, Macb. II, 6]
Maison mystérieuse et propre aux tragédies ! [V. HUGO, Ruy Blas, IV, 2]
Terme de beaux-arts. Qui porte à la méditation ; qui touche et émeut secrètement.
En parlant des personnes, qui fait mystère, sans qu'il y en ait besoin.
Ayant assez montré qu'il est capable d'être mystérieux [PASC., Pens. XIX, 8, éd. HAVET.]
Il est fin, cauteleux, doucereux, mystérieux [LA BRUY., VIII]
Quoiqu'elle eût une discrétion parfaite, elle ne fut jamais mystérieuse [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 34, dans POUGENS]
S. m. Ce qu'il y a de mystérieux dans une chose.
Toute institution religieuse possède les conditions essentielles à l'harmonie : le beau et le mystérieux [CHATEAUB., Génie, III, I, 1]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Mots mysterieux [RABEL., p. 63, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Mystère.
    On a dit misterial ; C'est la misterial sepmaine [la semaine sainte] [J. DE MEUNG, Tr. 97]