niaiser

(Mot repris de niaisez)

niaiser

v.i.Fam.
Au Québec, perdre son temps à des riens ; faire ou dire des niaiseries.
v.t.
Niaiser qqn,
au Québec, le faire marcher.

NIAISER

(ni-ê-zé) v. n.
S'amuser à des choses niaises.
Il est fâcheux de s'arrêter à ces bagatelles [sophismes sur l'indivisibilité], mais il y a des temps de niaiser [PASC., Esp. géom. I]
Avant qu'il ait niaisé tout son soûl dans un fauteuil et à sa toilette [BARON, l'Homme à bonnes fort. I, 5]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Si philosopher, c'est doubter, comme ils disent, à plus forte raison niaiser et fantastiquer comme je foys, doit estre doubter [MONT., II, 23]

ÉTYMOLOGIE

  • Niais.

niaiser

NIAISER. v. intr. S'amuser à des choses de rien. Il ne fait que niaiser.
Traductions

niaiser

sekkieren