noeud


Recherches associées à noeud: noeud coulant, nœud gordien, nœud marin

nœud

[ ] n.m. [ lat. nodus ]
1. Entrecroisement qui réunit étroitement deux fils, deux cordes, ou simple enlacement serré d'un brin, d'un fil, d'une corde, sur lui-même : Des nœuds plats. Faire un nœud à ses lacets. Il fait son nœud de cravate.
2. Ornement constitué d'une étoffe nouée : Elle met un nœud dans ses cheveux ruban
3. Endroit où se croisent plusieurs voies de communication : Un nœud autoroutier.
4. Fig. Ce qui constitue le point essentiel d'une question : Nous touchons là le nœud du problème cœur
5. En littérature, moment d'une histoire où l'intrigue atteint la plus grande complexité : Le nœud d'un roman policier.
6. Unité de vitesse, utilisée en navigation maritime ou aérienne, équivalant à 1 mille marin par heure, soit 0,514 4 mètre par seconde.
7. En botanique, point de la tige où s'insère une feuille ; région du tronc d'un arbre d'où part une branche ; nodosité.
Nœud coulant,
qui se serre ou se desserre sans se dénouer.

NŒUD

(neu ; le d ne se prononce et ne se lie jamais : un neu indissoluble ; au pluriel, l's se lie des neû-z indissolubles) s. m.

Résumé

Enlacement d'une corde.
Il se dit des nœuds de la ligne du loch.
Entrelacement de cordes avec lequel on fermait les portes.
Divisions des charnières.
Ornement qui représente un nœud.
Liens qui attachent les membres de quelqu'un.
Enlacement d'un serpent.
Fig. Le point essentiel d'une affaire, d'une question.
Lien moral entre des personnes.
10° Ce qui unit, rapproche.
11° Ce qui forme l'intrigue d'une pièce de théâtre, d'un roman, etc.
12° Point où une courbe, une orbite revient sur elle-même et se coupe.
13° Point fixe où une corde vibrante reste immobile et se divise en parties aliquotes.
14° Assemblage de quatre notes d'agrément.
15° Point où des chaînes de montagnes se réunissent en un système.
16° En botanique et en anatomie, nœud vital.
17° Nœud de l'anthère ; le fruit au moment où il noue.
18° Protubérance plus ou moins saillante produite à l'extérieur d'un végétal.
19° Jointures des doigts.
20° Le nœud de la gorge.
21° Nœud de l'encéphale.
22° Partie dure dans la substance du bois, du marbre, de la pierre qu'on travaille.
23° Morceaux de chair qui se lèvent aux quatre flancs du cerf.
24° Terme de construction.
25° Nœud de soudure.
26° Ancien terme de verrerie.
Enlacement d'une corde ou de quelque chose de semblable, dont on passe les bouts l'un dans l'autre en les serrant. Nœud de ruban. Corde à nœuds. Faire, défaire un nœud.
Quelle importune main, en formant tous ces nœuds, A pris soin sur mon front d'assembler mes cheveux ? [RAC., Phèd. I, 3]
Les Péruviens transmettaient les principaux faits à la postérité par des nœuds qu'ils faisaient à des cordes [VOLT., Mœurs, 148]
En refaisant des nœuds à ses lanières, Il [Grippeminaud] me poursuit encor d'un œil sournois [BÉRANG., Gohier.]
Corde nouée de manière à étrangler.
Son amante en furie Avait au nœud fatal abandonné sa vie [de Bajazet] [RAC., Baj. V, 11]
Avoir un nœud à la gorge, avoir une corde autour du cou pour la pendaison ; et fig. avoir quelque chose qui déplaît, qu'on ne peut avaler.
Mais que faire, quand on a un nœud à la gorge ? [SÉV., 144]
Il me semble que la mort du roi d'Angleterre [Charles II] devient plus philosophe et anglaise que chrétienne et catholique : " adieu, roi, " me fait quasi un nœud à la gorge [ID., 7 mars 1685]
Nœud coulant, nœud qui glisse et serre d'autant plus qu'on tire davantage. Nœud gordien, nœud qui attachait le joug du char de Gordius, roi de Phrygie, consacré par Midas son fils dans le temple de Jupiter à Gordium ; l'oracle avait promis l'empire de l'Asie à celui qui déferait ce nœud ; Alexandre, n'en pouvant venir à bout, le trancha avec son épée.
Ayant pris sa ville, il [Alexandre] eut envie de voir le fameux chariot où était attaché le nœud gordien ; ce nœud, qui attachait le joug au timon, était fait si adroitement, et le lien faisait tant de tours et de détours, qu'on ne pouvait découvrir ni où il commençait, ni où il finissait [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 213, dans POUGENS]
Fig. Nœud gordien, difficulté qu'on ne peut résoudre.
Faire ce qui est bon et honnête, ne s'accabler pas de nœuds gordiens de prévoyance et de prudence indissolubles par leur nature, laisser dire, faire et agir en s'abandonnant à la Providence, c'est un axiome qui m'a toujours paru d'un grand usage à la cour [SAINT-SIMON, 254, 165]
Couper le nœud gordien, trancher une difficulté, non pas la résoudre. Nœud de chirurgien, ou du chirurgien, nœud fait en passant deux fois le bout du fil ou de la ligature dans la même anse. Ce nœud ayant l'inconvénient de ne pas serrer suffisamment ou de se relâcher, on y a renoncé. Nœud d'emballeur, nom donné à un bandage dont on se sert principalement pour comprimer l'artère temporale après l'artériotomie. Nœud de tisserand, le plus solide des nœuds ; c'est un nœud qui ne peut lâcher. Nœud de charrue, espèce de nœud coulant à plusieurs circonvolutions, que l'on fait autour d'une pièce de bois pour la tirer ou la soulever. Les nœuds ou les côtés des nœuds, se dit, à la paume, du revers de la raquette. Nœud d'artificier, suite de trois ou quatre boucles de ficelles croisées lâche, pour fixer la ficelle principale, pendant qu'on lie les bouts de celle-ci.
Terme de marine. Se dit des nœuds de la ligne du loch, par le moyen desquels on estime la marche du bâtiment. Le nœud est en longueur la 120e partie du mille nautique (soit 15 mètres environ), et en temps la 102e partie de l'heure, c'est-à-dire 30 secondes ; de là autant de nœuds filés en 30 secondes, autant de milles parcourus en une heure ; c'est pour cela que les marins disent : nous filions six nœuds à l'heure, au lieu de dire nous filions six milles. Fig. et populairement. Filer son nœud, partir. Viens-tu ? ou je file mon nœud.
Terme d'archéologie. Sorte d'entrelacement de cordes, avec lequel on fermait les portes, avant que les serrures fussent en usage.
Se dit, chez les ouvriers en métal, de diverses divisions qui se font dans les charnières des compas, fiches ou couples des portes ou fenêtres par où passe le clou de la rivure.
Ornement qui représente un nœud. Un nœud de diamants.
Elle aime à dépenser en habits, linge et nœuds [MOL., Éc. des maris, I, 2]
Cinq fort gros diamants en nœud proprement mis, Dont le chef se parait comme d'un rare ouvrage [ID., Amphit. I, 2]
Son nœud d'épaule et son parement d'or ne le font plus respecter [J. J. ROUSS., Ém. II]
Faire ses nœuds de manche, son fichu.... [ID., ib. v.]
L'or autour de tes bras n'a point serré de nœuds [A. CHÉN., Élég. la jeune Tarentine.]
Faire des nœuds, former au moyen d'une navette, sur un cordon de fil ou de soie, des nœuds serrés les uns contre les autres.
Faire des nœuds c'est ne rien faire, et il faut tout autant de soin pour amuser une femme qui fait des nœuds que celle qui tient les bras croisés [J. J. ROUSS., Confess. V]
Nœud d'épée, rosette de ruban dont on orne la poignée d'une épée. Ornement qu'on voit entre le corps et le pied d'une aiguière ou autre ouvrage de cette nature. Chez les charcutiers, nœud d'épée, petit paquet de couennes de lard qu'ils vendent cru ou grillé.
Liens qui attachent les membres de quelqu'un.
Il détacha vos nœuds, vous remit en mes mains [M. J. CHÉN., Œdipe roi, IV, 3]
Fig.
M. Jurieu fait un dernier effort pour se tirer de cet embarras [la nouveauté de l'Église réformée] ; mais vous avez vu que tous ses efforts ne servent qu'à l'embarrasser et à serrer de plus près le nœud où il est pris [BOSSUET, 3e avert. 32]
Fig. Piége.
[Cela ne saurait être] Que quelque invention du valet que je di, Que quelque nœud subtil qu'il doit avoir ourdi [MOL., l'Et. V, 6]
Enlacement d'un serpent.
Aussitôt d'un serpent il revêt la figure, Il siffle, il s'enfle, il roule, il déroule ses nœuds, Et de ses vastes plis bat ses bords sablonneux [DELILLE, Hom. des ch. II]
Si nul reptile impur, sur vos chastes guirlandes, N'eût traîné ses nœuds flétrissants [V. HUGO, Odes, II, 1]
Fig. Le point essentiel d'une affaire, d'une question.
Ayant succinctement accordé les choses qu'il a jugées être suffisamment démontrées, il est venu au nœud de la difficulté, qui est de savoir ce qu'il faut ici entendre par le nom d'idée [DESCARTES, Rép. aux 1res obj. 2]
Dieu, pour se réserver à lui seul le droit de nous instruire, et pour nous rendre la difficulté de notre être inintelligible, nous en a caché le nœud si haut.... [PASC., Pens. XXIV, 15 ter, éd. HAVET.]
Le nœud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme [le péché originel] [ID., ib. VIII, 1]
Bien glorieux de savoir le nœud de l'affaire [ID., Prov. I]
Qu'on démêle ce nœud [de la grâce], et qu'on cesse d'excuser les luthériens [du semi-pélagianisme] [BOSSUET, 2e avert. 12]
De là dépend le nœud de leur salut éternel [MASS., Carême, Voc.]
Voici le nœud secret de cet événement [VOLT., Charles XII, 3]
Ne puis-je pas m'appliquer ce que disait Cicéron, ayant proposé aux antiquaires de son temps quelque nœud qu'ils ne pouvaient résoudre ? [P. L. COUR., Lett. I, 34]
Fig. Lien moral entre des personnes.
Serre d'une étreinte si ferme Le nœud de leurs chastes amours, Que la seule mort soit le terme Qui puisse en arrêter le cours [MALH., II, 4]
Moi, sans considérer aucun nœud domestique, J'ai fait ce choix comme eux, mais dans la république [CORN., Othon, III, 3]
L'argent seul aujourd'hui forme les plus beaux nœuds [LA FONT., Contr.]
Et que, si vous voulez satisfaire mes vœux, Un saint nœud dès demain nous unira tous deux [MOL., Éc. des mar. III, 9]
Vous me paraissez accablée de vos madames de Montélimar.... ce sont des nœuds mal assortis que ceux d'une telle société [SÉV., 15, août 1677]
Il [Jésus sur la croix] lui donne [à la sainte Vierge] un autre fils, comme si désormais il cessait de l'être, et comme s'il rompait le nœud d'une si sainte alliance [BOSSUET, 1er sermon, Assompt. 3]
Déjà se formaient dans le ciel ces nœuds sacrés qui devaient unir éternellement son cœur [de M. de Montausier] à celui de l'incomparable Julie d'Angennes [FLÉCH., Mme de Mont.]
Mme la Dauphine ménagea ce qui lui restait de moments précieux pour délier les nœuds qui l'attachaient encore au monde [ID., Dauphine.]
[Agrippine] Atteste les saints droits d'un nœud [mariage] qu'elle a formé [RAC., Brit. II, 2]
L'amour serra les nœuds par le sang commencés [ID., Bajaz. I, 4]
Et je romps tous les nœuds qui m'attachent à vous [ID., Iphig. IV, 6]
Rendez grâce au seul nœud qui retient ma colère [ID., ib.]
Des hommes auxquels aucun nœud commun de culte ou d'espérance ne nous lie [MASS., Carême, Avenir.]
Par les nœuds des serments as-tu lié son cœur ? [VOLT., Fanat. III, 5]
Notre liaison s'est fortifiée, et la disgrâce en a resserré les nœuds [DUCLOS, Œuv. t. X, p. 53]
Que de goguettes ! Que d'amourettes ! Jamais de dettes : Point de nœuds constants [BÉRANG., Cocag.]
10° Fig. Ce qui unit, rapproche.
C'est celui [le fils de Dieu] qui réconcilie toutes choses en sa personne, il est le nœud des affections du ciel et de la terre [BOSSUET, 2e serm. Compass. de la Ste Vierge, 1]
Le caractère particulier de la princesse Anne était de concilier les intérêts opposés, et, en s'élevant au-dessus, de trouver le secret endroit et comme le nœud par où on les peut réunir [ID., Anne de Gonz.]
Cet esprit de paix sera le nœud de votre concorde [ID., 2e serm. Pentec. 2]
Tel est le nœud de presque toutes les alliances ; c'est l'argent qui les forme [BOURDAL., 2e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 68]
Votre hymen est le nœud qui joindra les deux mondes [VOLT., Alzire, I, 1]
La cour pensa que la crainte serait le seul nœud qui le retiendrait [le duc de Savoie] [ID., Louis XIV, 18]
11° Fig. Terme de littérature. Ce qui forme l'intrigue d'une pièce de théâtre, d'un roman, etc.
J'ai rendu la réponse de Laïus évoqué par Tirésie assez obscure dans sa clarté pour faire un nouveau nœud, et qui peut-être n'est pas moins beau que celui de nos anciens [CORN., Œdipe, Préf.]
Le nœud des pièces de théâtre étant un accident inopiné qui arrête le cours de l'action représentée, et le dénoûment un autre accident imprévu qui en facilite l'accomplissement, nous trouvons que ces deux parties du poëme dramatique sont manifestes en celui du Cid [, Acad. Sentim. Cid]
Il faut que ses acteurs [de la comédie]' badinent noblement, Que son nœud bien formé se dénoue aisément [BOILEAU, Art p. III]
Il n'y a qu'un seul nœud dans le Dépit amoureux [VOLT., Vie de Molière.]
12° Terme de géométrie. Se dit du point où une courbe revient sur elle-même et se coupe en formant une espèce de boucle. Terme d'astronomie. Les points opposés où le plan de l'écliptique est coupé par l'orbite d'un corps céleste.
Il [M. Halley] nous met sous les yeux, dans une table d'une seule page, les nœuds, les périhélies, les distances et les mouvements de vingt-quatre comètes des plus considérables [MAIRAN, Éloge de Halley]
Elle [la lune] a ses nœuds, c'est-à-dire les points où l'orbite qu'elle parcourt rencontre précisément l'orbite de la terre [VOLT., Phil. Newt. III, 6]
Hipparque vérifia ce qu'Eudoxe avait avancé, savoir que les nœuds sont mobiles et répondent successivement à différents points de l'écliptique [BAILLY, Hist. astron. mod. t. I, p. 94]
Nœud ascendant ou boréal, le point où le plan de l'écliptique est rencontré par l'orbite d'une planète dans son passage du sud au nord ; nœud descendant ou austral, le point où l'orbite de cette même planète rencontre le plan de l'écliptique, en allant du nord au sud.
13° Terme de physique et d'acoustique. Point fixe où une corde vibrante reste immobile et se divise en aliquotes qui rendent un son en relation harmonique avec celui de la corde entière.
14° Terme de musique. Assemblage de quatre notes d'agrément que l'on appelle plus souvent groupe ou grupetto.
15° Terme de géologie. Point où des chaînes de montagnes se réunissent en un système, où des cours d'eau prennent des directions différentes.
L'étroit intervalle que laissent entre eux ces deux fleuves [la Düna et le Borysthène], avant de prendre une direction si opposée, semble être l'entrée et comme la porte de la Moscovie ; c'est le nœud des routes qui conduisent aux deux capitales de cet empire [SÉGUR, Hist. de Nap. IV, 6]
16° Terme de botanique. Nœud vital, la ligne médiane qui se trouve au collet de la plante entre la racine et la tige. Terme d'anatomie. Nœud vital, point qui gouverne tous les mouvements respiratoires et dont la simple division les anéantit tous.
17° Terme de botanique. Le connectif est appelé par Mirbel nœud de l'anthère. Le fruit au moment où il noue.
Dieu voit le fruit commencé dans le nœud, et la prière dans l'intention de prier [BOSSUET, Ét. d'orais. V, 24]
Renflement d'une tige d'où naît une feuille. Il faut tailler la vigne au second nœud, au troisième nœud. L'intervalle compris entre deux nœuds est appelé entre-nœud.
18° Nom donné aux protubérances plus ou moins saillantes, produites à l'extérieur et à l'intérieur d'un végétal par l'entre-croisement des fibres et la tuméfaction du tissu cellulaire ; ce qui rend les nœuds plus solides que le reste de la tige.
On sait qu'un nœud est une espèce de cheville adhérente à l'intérieur du bois ; on peut même connaître à peu près, par le nombre des cercles annuels qu'il contient, la profondeur à laquelle il pénètre [BUFF., Hist. nat. part. exp. Œuvr. t. VIII, p. 182, dans POUGENS.]
J'ai reconnu par là combien les nœuds ôtent de force au bois, ce qui est beaucoup au delà de ce qu'on pourrait imaginer [ID., ib.]
Son sommet revêtu d'un plus rare feuillage, Et sa mousse et ses nœuds décèlent son grand âge [DELILLE, Imagin. III]
19° Jointures des doigts de la main. Le nœud du petit doigt, du doigt du milieu. Os de la queue du cheval, du chien, du chat, etc. On a coupé à ce cheval deux nœuds de la queue.
20° Le nœud de la gorge, la partie de la gorge qui fait saillie à la partie antérieure du cou. C'est un rire qui ne passe pas le nœud de la gorge, se dit d'un rire forcé.
Je ne me réjouis pas bien sans vous ; et si je ris, cela ne passe pas le nœud de la gorge [SÉV., à Bussy, 19 déc. 1670]
21° Terme d'anatomie. Nœud de l'encéphale, nom donné par quelques anatomistes au pont de Varole, en raison de sa forme. Terme de chirurgie. Tumeur dure qu'on nomme aussi nodosité, nodus.
22° Il se dit des parties dures dans la substance du bois, du marbre, de la pierre, que l'on travaille ; on dit aussi clou.
J'ai vu, dans plusieurs blocs d'un grès très blanc, de ces petits nœuds ou clous ferrugineux, qui sont d'une si grande dureté qu'ils résistaient à la lime [BUFF., Min. t. I, p. 211]
Fig.
J'ai ici à ma disposition une bonne bibliothèque, et ce m'est un grand secours pour la petite bagatelle que je vous destine ; cependant il me manque encore des outils pour enlever certains nœuds [P. L. COUR., Lettre à M. de Sainte-Croix, 27 nov. 1807]
23° Terme de chasse. Se dit de certains morceaux de chair qui se lèvent aux quatre flancs du cerf.
24° Terme de construction. Se dit des parties saillantes entre lesquelles passe la branche ou l'axe de l'espèce de charnière qui porte le nom de fiche à nœuds.
25° Nœud de soudure, renflement que forme la soudure employée à réunir deux tuyaux de métal. Se dit des endroits où les branches d'une trompette sont soudées.
26° Dans l'ancienne verrerie, gros bouton qui demeurait au milieu des plats de verre soufflé ; dit aussi nombril, boudine ou œil-de-bœuf.

SYNONYME

  • NŒUD, ARTICULATION (en parlant des végétaux). Dans l'articulation, il y a naturellement une solution de continuité, une séparation des fibres qui ne sont qu'apposées ; dans le nœud, les éléments organiques sont confondus et se font continuité.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Por seul itant que m'en voux aïrier, Me feri il d'un baston de poumier ; Tous sui sanglans des qu'al neu del braier [, Raoul de C. 73]
  • XIIIe s.
    Et se il i a un nuef fust [bois neuf] où Il i ait neu fort, il i puet ferir une cheville sanz meffet [, Liv. des mét. 107]
    Et vos vos estes par trois nous Loiez as cordes par la gole [, Ren. 21634]
  • XIVe s.
    Car combien que beau semblant moustre, Le ris ne doit point passer oultre Le neu de la gorge, à nul fuer [à aucun prix] [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 26]
  • XVe s.
    Le neu de ceste matiere ne luy fut jamais descouvert [COMM., I, 2]
  • XVIe s.
    Lorsque les nœuds ou nodosités sont aux jointures, ils ne se peuvent parfaitement curer [PARÉ, XXI, 12]
    Des cordes à gios nouds, Pour lui lier jambes, pieds et genoux [MAROT, II, 285]
    Maulgré leurs dens le neu est desnoué [ID., II, 475]
    Puis print en main son baston plein de neudz [ID., IV, 96]
    Qu'eussé-je faict ? l'archer estoit si doux, Si doux son feu, si doux l'or de ses nouds [RONS., 2]
    .... Frizant en autant de noeux Ses cheveux [ID., 188]
    Il lui bailla de son fouet à travers les jambes, si rudement que les nouds y apparaissoyent [RAB., Garg. I, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, noud ; picard, nou ; wallon, nouk ; namur. nuk ; prov. not, no ; cat. nu ; esp. nudo ; port. no, nodo ; ital. nodo et nocchio ; du lat. nodus pour gnodus, comme le montrent les formes germaniques : angl. knot ; all. Knoten ; anc. haut all. chnodo. Noiel, qui se trouve dans d'anciens textes, vient de nodellus, diminutif de nodus.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    NŒUD. Ajoutez :
    27° Énumération des différentes espèces de nœuds. Nœud simple. nœud résultant d'une boucle dans laquelle on a fait entrer le brin qui passe sur l'autre, en le faisant tourner sous ce même brin.
  • Nœud droit : faire successivement, avec les mêmes brins, deux nœuds simples l'un sur l'autre, en faisant en sorte que les brins du même côté soient tous deux en dessus, ou tous deux en dessous du brin qui les croise.
  • Nœud allemand : faites une boucle, faites tourner en entier autour d'un des brins celui qui le croise, en le faisant croiser sur lui-même, et passez-le dans la boucle.
  • Nœud d'artificier : faire deux boucles l'une près de l'autre, mais en sens contraire, mettre ces boucles l'une sur l'autre, de façon que les brins soient placés intérieurement ; introduire dans les boucles l'objet que l'on veut serrer.
  • Nœud simple gansé : comme le nœud simple, seulement on fait une ganse avec le brin avant de le faire entrer dans la boucle.
  • Nœud droit gansé : comme le nœud droit ; mais on forme une ganse avec le brin qui doit passer dans la première ganse.
  • Nœud coulant ; il est de deux espèces : un petit nœud au bout de la ficelle, ensuite, tout près, le même nœud, c'est-à-dire les brins passés de façon à faire un O avant d'être serrés ; dans cet O se passe le second bout, on serre l'O, le nœud coulant se fait et ne se défait qu'avec efforts ; ou bien on fait une bouclette que l'on assujettit en faisant un nœud avec les deux extrémités de la bouclette, puis le second brin se passe dans la bouclette et serre l'objet, mais il se desserre si on ne l'assujettit pas par un autre nœud.
  • Nœud de la chaise, nœud employé dans la marine seulement et l'un des plus solides qui existent.

noeud

NOEUD. (On ne prononce pas le D.) n. m. Enlacement, entrecroisement serré de quelque chose de flexible, ruban, soie, fil, corde, etc. que l'on fait soit à un bout pour l'arrêter, soit avec deux bouts pour les unir. Noeud simple. Double noeud. Gros noeud. Faire, défaire un noeud. Un noeud qui n'est pas assez serré, qui se défait. Ce noeud est trop lâche. Corde à noeuds.

Noeud coulant, Noeud formant une boucle qui se rétrécit quand on tire sur l'un des bouts et qui est facile à dénouer.

Fig., Noeud gordien, Difficulté qu'on ne peut résoudre, par allusion au noeud qui fut tranché par Alexandre. Il y a dans cette affaire un noeud gordien qu'il faut trancher.

Noeud de ruban, Ornement en forme de noeud fait avec des rubans enlacés.

Noeud d'épée, Rosette de ruban dont on ornait la poignée d'une épée.

NOEUD se dit aussi de Certaines choses qui sont disposées en forme de noeuds de ruban et qui servent à la parure des femmes. Des noeuds de perle. Des noeuds de diamant.

Il signifie encore, figurément, Attachement, lien étroit entre des personnes. Le noeud sacré du mariage. Les noeuds les plus forts, les plus étroits, les plus sacrés. Former, contracter de nouveaux noeuds. Les noeuds de l'amitié.

Il désigne aussi, au figuré, la Difficulté, le point essentiel d'une affaire, d'une question. Voilà le noeud de l'affaire. Vous avez trouvé le noeud. Trancher le noeud de la question, de la difficulté.

Il se dit particulièrement, dans le langage du Théâtre, de l'Incident qui détermine la marche de la pièce, d'où dépend l'intrigue d'une action dramatique. Ce revirement fait le noeud de cette comédie.

Il se dit en outre des Protubérances qui viennent à l'extérieur d'un arbre, d'un arbrisseau. Le bois d'épine, le bois de cornouiller est plein de noeuds. Le tilleul est un bois où il y a peu de noeuds.

Il désigne encore Certaine partie, fort serrée et fort dure, qui se trouve quelquefois dans l'intérieur de l'arbre. Ce bois ne saurait se fendre droit, il a trop de noeuds. Cette poutre s'est rompue à cet endroit, parce qu'il y avait un noeud.

Il se dit aussi des Renflements de la tige de certaines plantes, au point où naît une feuille. Il faut tailler la vigne au troisième noeud.

Il désigne pareillement l'Articulation, la jointure des doigts de la main. Le noeud du petit doigt, du doigt du milieu.

Il se dit également des vertèbres qui forment la queue du cheval, du chien, du chat etc. On a coupé à ce cheval deux noeuds de la queue.

Il se dit aussi des Replis d'un serpent. Le serpent déploie ses noeuds.

En termes d'Acoustique, il se dit du Point ou des Points qui restent fixes dans un corps qui vibre.

En termes de Médecine, il se dit des Protubérances qu'on nomme autrement Nodus.

Noeud vital se dit, en termes de Physiologie, du Point du bulbe rachidien qui gouverne tous les mouvements respiratoires de l'animal et dont la lésion suffit pour le tuer instantanément. Il se dit, en termes de Botanique, de la Ligne médiane qui existe au collet de la plante, entre la racine et la tige.

NOEUD, en termes d'Astronomie, se dit de Chacun des deux points opposés où le plan de l'écliptique est coupé par l'orbite d'un corps céleste.

En termes de Géologie, il se dit du Point où des chaînes de montagnes se réunissent en un système.

En termes de Marine, il se dit des Noeuds de la ligne de loch formés à la distance de quinze mètres et demi environ les uns des autres, de telle sorte que le nombre des noeuds passant en trente secondes dans la main de l'opérateur soit égal au nombre de milles marins de 1852 mètres parcourus en une heure par le navire. Ce vaisseau file dix noeuds à l'heure, Il fait dix milles à l'heure.

noeud


NOEUD, s. m. [Neu, monos. Le d final ne se prononce jamais: l'o ne se prononce pas non plus: il n'est mis là que pour l'étymologie latine, nodus. Quelque jour, on le suprimera.] 1°. C'est l'enlâcement de quelque chôse, qui se plie, comme ruban, corde, ficelle, etc. "Noeud simple, ou, double. "Faire, ou, défaire un noeud. = Noeud coulant, qui se serre ou se desserre, sans se dénouer. = Par extension on apèle noeud un ouvrage, en relief, qui représente un noeud: noeud de perles, de diamans, de rubis. = 2°. Fig. Dificulté, ou, point essentiel d'une afaire. "Voilà le noeud de cette afaire. "Trancher le noeud de la question, de la dificulté. = 3°. Lien. "les noeuds de l'amitié, de l'himen. = 4°. Il se dit et de l'excroissance, qui vient aux parties extérieures des arbres; et d'une partie plus dûre qui s'y troûve dans le coeur; et des jointures, qui sont aux vignes, aux cannes, au fenouil, aux tuyaux de blé, et au gosier de l'Homme. "Le noeud de la gorge. Voy. GORGE.
   Rem. Anciènement, on écrivait noeu sans d. C'est l'ortographe de Malherbe et de l'Acad. dans ses Sentimens sur le Cid.

Synonymes et Contraires

nœud

nom masculin nœud
1.  Entrelacement de fils.
2.  Littéraire. Ce qui unit.
attache, lien -littéraire: chaînes.
3.  Point essentiel d'une question.
Traductions

nœud

Knoten, Band, Schleife, Schlinge, Astloch, Clou, Knast, Zusammengehörigkeit, Haarschleifeknot, node, bow, hitch, knuckle, nub, pom-pomknoop, strik, kwast, knooppunt, lus, geleding, knoest, lis, eikel, hoofdzaak, kernpuntלולאה (נ), מפרק (ז), סיקוס (ז), ענד (ז), פלונטר (ז), קשר (ז), קֶשֶׁרknoopعقدة, أُنْشُوطَة, عُقْدَةٌcruïlla, llaç, node, nusuzel, mašle, poutko, kličkaknude, sløjfebanto, nodonudo, lazo, ñudosolmu, rusettihnúturnodo, groviglio, cappio, fiocco, fulcro, groppo, nocchio, nòcciolo, nodi結び目, ちょう結び매듭knop, knutewęzeł, kokardkalaço, , encruzilhada, nodo, vínculoузел, узел бантик, петляuzolknutboğum, düğüm, papyon, 蝴蝶结κόμπος, φιόγκοςčvor, mašnaเงื่อน, โบว์nơ, nút thắtвъзел節點 ()
nom masculin
1. ce qui est entrelacé faire un nœud nœud de cravate
2. ruban entrelacé nœud de papillon

nœud

[nø] nm
[corde] → knot
Il a fait un nœud à la corde → He tied a knot in the rope.
[bois] → knot
(NAVIGATION)knot
(= ruban) → bow
Janet avait un nœud dans les cheveux → Janet had a bow in her hair.
(fig) (= liens) → bond, tie
(= essentiel) le nœud de la question → the crux of the matter
le nœud de l'action (THÉÂTRE) → the heart of the action
nœud coulant nmnoose
nœud gordien [gɔʀdjɛ̃] nmGordian knot
nœud papillon nmbow tie