noirci, ie

NOIRCI, IE

(noir-si, sie) part. passé de noircir
Rendu noir.
Là les blessés expirent, ou étouffés par la fumée, ou dévorés par des charbons ardents ; bientôt leurs squelettes, noircis et calcinés, sont d'un aspect hideux, quand l'œil y démêle un reste de forme humaine [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 2]
Obscurci.
Tous les arcs sont tendus, les traits fendent les airs, Les cieux en sont noircis, les champs en sont couverts [DELILLE, Én. IX]
Fig. Assombri, en parlant des idées, de l'âme, etc.
Il [le roi à la mort du duc de Berry] avait l'âme fort noircie ; mais il était d'ailleurs peu touché, et il ne cherchait pas à s'affliger [SAINT-SIMON, 356, 200]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    NOIRCI. Ajoutez :
    Teint en noir.
    Un grand bureau dont se servait ledit défunt seigneur, en son cabinet, avec ses carrés ou tablettes sur icelui, le tout de bois de poirier noirci [, Inventaire après décès de Colbert, dans Lettres, etc. de Colbert, t. VII, p. 383]