nombreux, euse

Recherches associées à nombreux, euse: plusieurs

NOMBREUX, EUSE

(non-breû, breû-z') adj.
Qui est en grand nombre.
Ciel, quel nombreux essaim d'innocentes beautés S'offre à mes yeux en foule et sort de tous côtés ! [RAC., Esth. I, 2]
Que tout leur camp nombreux soit devant tes soldats Comme d'enfants une troupe inutile [ID., ib. III, 3]
Quoi ! ne voyez-vous pas quelle nombreuse escorte.... [ID., Athal. V, 4]
Et mes nombreux forfaits ont surpassé le nombre Des sables de la mer [J. B. ROUSS., Épodes, I]
Ma famille est pauvre et nombreuse ; je lui ai déjà trop coûté [MARMONTEL, Mém. I]
De nombreuses et brillantes armées que la fertile Allemagne attirait et qui croyaient marcher à une gloire prompte et certaine, traversaient fièrement ces contrées, y répandaient de l'argent, en consommaient les produits [SÉGUR, Hist. de Nap. III, 1]
Terme de peinture. Composition nombreuse, celle dans laquelle il entre un grand nombre de figures.
En parlant du style, qui a de l'harmonie, du nombre.
D'un vers nombreux.... Tu te fais un chemin à l'immortalité [RÉGNIER, Sat. IX]
La riche expression, la nombreuse césure [BOILEAU, Ép. X]
Quoique notre langue ait plus d'égard au sens qu'à la cadence, elle ne laisse pas d'être aussi nombreuse que les langues anciennes [BOUHOURS, Entret. d'Ariste, 2]
Rien n'est si doux et si nombreux que vos vers [FÉN., Dial. des morts anc. Dial. 48 (Horace, Virgile).]
La gloire qui lui appartient en prose [à Balzac].... consiste en ce qu'il nous a fait sentir que notre langue, sans le secours du vers, était susceptible d'un tour nombreux [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 83, dans POUGENS]
À la pureté de la diction, l'orateur joint une harmonie douce et facile, quoique pleine et nombreuse [D'ALEMB., Éloges, Fléch.]
Période nombreuse, période bien cadencée. La période nombreuse de Massillon.
Par comparaison avec le style, il se dit de ce qui offre une certaine cadence.
Il n'est pas jusqu'aux rameurs dont le pénible travail ne trouve une sorte de soulagement dans cette espèce de concert que forme leur mouvement nombreux et uniforme [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 211, dans POUGENS.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Nombreux [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. numeros ; du lat. numerosus, dérivé de numerus, nombre. Au XVIe siècle, on trouve le latinisme numereux.