obit

OBIT

(o-bit') s. m.
Terme de liturgie catholique. Nom donné, dans plusieurs églises, aux messes anniversaires qui se disent pour les morts. Fonder, dire, chanter un obit. L'émolument produit par l'obit. Au plur. Des obits.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et puis ait en memoire sa fin et son obit [sa mort] ; Netement tient son cuer qui ainsi le forbit [J. DE MEUNG, Test. 1363]
  • XVe s.
    Ne demeura gueres longuement que on fit l'obit du roi Ferrand de Portingal à Lussebonne [FROISS., II, III, 29]
  • XVIe s.
    Hypocrisie en a taillé l'habit, Dessous lequel tel pour sa mere pleure, Qui bien voudroit de son pere l'obit [MAROT, III, 287]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. obitus, de obire, mourir, proprement passer, de ob, et ire, aller.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

obit

OBIT. (On prononce le T.) n. m. T. de Liturgie catholique. Service fondé pour le repos de l'âme d'un mort et qui doit être célébré à des époques déterminées. Fonder, dire un obit.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

obit

Obit, Obitus, huius obitus.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

obit


OBIT, s. m. OBITUAIRE, adj. et subst. [Obi, tu-ère: 3e è moy. et long au 2d.] Obit est un service fondé pour le repôs de l'âme d'un mort. "Fonder, dire, chanter un obit. = Registre obituaire, qu'on tient dans une Église des obits, qui ont été fondés. = Obituaire, s. m. Celui qui est pourvu en Cour de Rome d'un bénéfice vacant par mort; per obitum.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788