opérateur, trice

OPÉRATEUR, TRICE

(o-pé-ra-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui se livre à quelque manipulation. Fig.
Ces opérateurs d'iniquités [les jésuites] sont plus dangereux que n'étaient autrefois, du temps du Messie, les scribes et les pharisiens [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 440]
Celui qui fait certaines opérations de chirurgie. Un habile opérateur.
Hom ! disait l'un, jamais n'entonnerai-je Un requiem sur cet opérateur ? [J. B. ROUSS., Ép. I, 10]
On dit quelquefois au féminin, opératrice.
Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os [LA FONT., Fabl. III, 9]
Charlatan qui vend des drogues en place publique.
La bonne compagnie qui était déjà dans l'hôtellerie, augmenta d'un opérateur et de son train, qui était composé de sa femme, d'une vieille servante more, d'un singe et de deux valets [SCARRON, Rom. com. I, 15]
23 janvier 1696 : le soir, il y eut une petite mascarade chez le roi, où M. le duc du Maine était opérateur ; il fit beaucoup de présents aux dames, fort magnifiques [DANGEAU, I, 284]
Au féminin, opératrice, femme d'un opérateur.
Il triompha aussi de l'insensibilité et de la misanthropie de la Rancune, qui devint amoureux de l'opératrice [SCARR., Rom. com. I, 19]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    De serfs sont deux especes, le curateur et le operateur. Tels sont operateurs artisans] et font les œuvres serviles [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Aussi habile fut un operateur sur l'aumonier de Marmoutier lequel il traitait d'une hernie [D'AUB., Faen. IV, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. operatorem, de operari (voy. OPÉRER).