opprimé, ée

Recherches associées à opprimé, ée: oppresser

OPPRIMÉ, ÉE

(o-pri-mé, mée) part. passé d'opprimer
Tu connais le fils de l'Amazone, Ce prince si longtemps par moi-même opprimé ? [RAC., Phèdre, I, 3]
Oui, je la défendrai contre toute l'armée ; Lâches, vous trahissez votre reine opprimée [ID., Iph. V, 3]
Les Anglais commençaient à recevoir la religion chrétienne ; elle y avait été apportée par Constance Chlore, protecteur secret de cette religion alors opprimée [VOLT., Mœurs, 21]
Réduits au désespoir par ces magistrats mêmes, leurs naturels appuis, opprimés au nom des lois qui doivent les protéger [P. L. COUR., Pétition aux chambres]
Substantivement. Les opprimés.
L'ecclésiastique était pauvre, et avait besoin de tout le monde ; mais l'opprimé avait encore plus besoin de lui, et il n'hésita pas à favoriser son évasion [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Malheur aux opprimés, surtout quand ils le sont pleinement ! [ID., Lett. à Hairel, Corresp. t. I, p. 191, dans POUGENS]
Rosine : Il est triste qu'il faille être l'opprimé pour avoir le beau rôle. - Amélie : Oui, mais l'opprimé, dans ce cas, gagne l'intérêt de tous les bons cœurs [GENLIS, Théâtre d'éduc. la Colombe, sc. 3]