orangé, ée

ORANGÉ, ÉE

(o-ran-jé, jée) adj.
Qui est de couleur d'orange.
Cette jolie perruche a une grande tache orangée sur le devant de la tête [BUFF., Ois. t. XI, p. 379]
Il est certain que le fer donne aux végétaux et aux animaux les couleurs rouge et bleue et toutes les harmonies qui en dépendent comme l'orangée, la pourprée, la violette [BERN. DE ST.-P., Harm. liv. V, Harm. anim.]
S. m. L'orangé, couleur d'orange, la deuxième couleur de l'arc-en-ciel ou du prisme.
On forme de l'orangé avec du rouge et du jaune, du vert avec du jaune et du bleu, de l'indigo avec du bleu et du violet [BRISSON, Traité de phys. t. II, p. 356]
On pourrait soupçonner que l'orangé, le vert et l'indigo ne sont pas des couleurs primitives, et qu'elles sont produites par le mélange de celles qui les avoisinent de part et d'autre [dans ce spectre solaire] ; mais Newton s'est assuré que ces trois couleurs sont primitives comme les quatre autres [ID., ib. t. II, p. 372]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Tu es. bon cidre orangié, Tout songié, Un bon meuble en un mesnaige [BASSELIN, XXIX]
  • XVIe s.
    Damas orengé [RAB., Pant. v, 24]

ÉTYMOLOGIE

  • Orange.