ornière

(Mot repris de ornières)

ornière

n.f. [ lat. orbita ]
Sillon creusé dans le sol des chemins par les roues des véhicules.
Sortir de l'ornière,
se dégager de la routine ; se tirer d'une situation difficile.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ornière

(ɔʀnjɛʀ)
nom féminin
1. trace laissée par les roues d'une voiture marcher dans les ornières boueuses de la route
2. figuré routine, vie toute tracée suivre l'ornière
sortir de la routine
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

ORNIÈRE

(or-niè-r') s. f.
Trace creuse que font les roues des voitures sur la terre dans les chemins.
Il enfila au hasard un chemin creux, comme le sont la plupart de ceux du Maine : ce chemin était plein d'ornières et de pierres [SCARR., Rom. com. II, 1]
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit, Comble-moi cette ornière [LA FONT., Fabl. VI, 18]
Toutes les rivières sont débordées ; tous les grands chemins sont noyés ; toutes les ornières cachées ; on peut fort bien verser dans tous les gués [SÉV., 16 janv. 1671]
Poétiquement.
Et son axe de flamme [du jour], aux bords de sa carrière, Tourne, et creuse déjà son éclatante ornière Sur l'horizon roulant des mers [LAMART., Harm. I, 3]
Fig. Il se dit des habitudes invétérées, des opinions adoptées et suivies sans examen. L'ornière de la routine, des préjugés. Retomber dans l'ornière.
Qu'avons-nous gagné à suivre l'ornière où nous nous traînons depuis trois ans ? [CHATEAUBR., Mél. p. 771, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il garde en une estroite sente ; Si a choisi [aperçut] en une orniere, Entre le bois et la cariere, Un broïon [piége] de chesne fendu C'uns vilains i avoit tendu [, Ren. 1989]
  • XVIe s.
    Un beau sentier me sembloit une orniere [RONS., 816]
    Il est bien vray qu'elles mesmes [les bêtes] ne vont pas tousjours exactement la route de nature ; mais ce qu'elles en desvoyent, c'est si peu que vous en apercevez tousjours l'orniere [MONT., IV, 210]
    Garder d'extravaguer ny çà ny là hors les ornieres que l'usage et les loix luy tracent [à l'esprit] [ID., II, 314]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, ordière ; wallon, ourbîre, orbîre ; d'orbitaria, dérivé non latin de orbita, roue de voiture (voy. ORBITE). Entre orbitaria et ornière, l'intermédiaire est donné par ourbîre, puis par ordière.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

ornière

ORNIÈRE. n. f. Trace profonde que les roues d'une voiture font dans les chemins. Les ornières sont si creuses que la roue y entre jusqu'au moyeu. Glisser dans une ornière. Les chemins de traverse sont ordinairement pleins d'ornières.

Il signifie, figurément, Habitude, routine à laquelle on ne peut renoncer aisément, opinion adoptée et suivie sans examen. L'ornière des préjugés. Retomber dans l'ornière.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

orniere

Une Orniere, Orbita.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

ornière


ORNIèRE, s. f. [2e è moyen et long, 3e e muet.] Trace profonde que les roûes d'une voitûre font dans les chemins. "Tomber dans une ornière. "Quand il a plu, la plupart des chemins sont remplis d'ornières.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

ornière

rut

ornière

חתחת (ז), מהמורה (נ), עקבוב (ז), מַהֲמוֹרָה

ornière

carril, rodeira

ornière

Rut

ornière

車轍

ornière

암내

ornière

Rut

ornière

колея

ornière

[ɔʀnjɛʀ] nf
[chemin] → rut
(fig) (= routine) → rut
sortir de l'ornière → to get out of a rut (= impasse) → to get out of a spot
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005