oublieur

(Mot repris de oublieurs)

OUBLIEUR

(on prononce ou-bli-eû) s. m.
Nom donné jadis à des garçons pâtissiers qui, sur les huit heures du soir, allaient criant à Paris des oublies. La chanson, la lanterne de l'oublieur. On écrivait aussi, comme l'on prononçait, oublieux.
Mme de Beaumont arrive-t-elle toujours comme l'oublieux ? [SÉV., 6 nov. 1673]
Fig. Nom donné pendant la Fronde au marquis de Senneterre et au maréchal d'Estrées.
Je répondis civilement aux oublieux (on appelait ainsi ces messieurs, parce qu'ils allaient d'ordinaire entre huit et neuf heures dans les maisons où ils négociaient quelque chose et ils négociaient toujours).... [RETZ, III, 74]

ÉTYMOLOGIE

  • Oublie. L'ancienne langue disait oblier, oublier, et avec raison, la finale er appartenant aux métiers.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

oublieur

OUBLIEUR. s. m. (On prononce Oublieux.) Garçon pâtissier qui allait le soir par les rues crier des oublies. Appelez l'oublieur. La chanson de l'oublieur.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

oublieur

Oublieur, Crustularius.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

oublieur


OUBLIEUR, Voy. OUBLIE.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788