pampre

(Mot repris de pampres)

pampre

n.m. [ lat. pampinus ]
Jeune pousse de vigne de l'année avec ses feuilles : Un pampre vert.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

PAMPRE

(pan-pr') s. m.
Tige de vigne couverte de feuilles.
Le pampre grillé, laissant la grappe à découvert, étale aux yeux les dons du père Lyée, et semble inviter les mortels à s'en emparer [J. J. ROUSS., Hél. V, 7]
Sans crainte du pressoir, le pampre tout l'été Boit les doux présents de l'aurore [A. CHÉN., la Jeune Captive]
Sur nos coteaux que le pampre naissant Serve à couronner la victoire [BÉRANG., Brennus]
Feston de feuilles de vignes et de grappes de raisin, qui sert d'ornement à la colonne torse.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Armé de pampre [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. pampol ; esp. et ital. pampano ; du lat. pampinus.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

pampre

PAMPRE. n. m. Branche de vigne avec ses feuilles. On représente Bacchus avec une couronne de pampre.

Il se dit aussi d'un Ornement d'architecture imitant une branche de vigne.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

pampre

La fueille de la vigne que aucuns appellent Pampre, ou Pampe Pampinus. De là vient Pamprer, qui est assortir et couvrir de pampe ou pampre, Pampinare, si ita liceret, et Pampé, Pampinaceum.

Pampre, Pamprer, et Pampré, Voyez Pampe.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Traductions

pampre

pampano