parâtre

parâtre

n.m.
1. Mauvais père, qui traite durement ses enfants.
2. Vx Second époux de la mère, par rapport aux enfants qui sont nés d'un premier mariage ; beau-père.

PARÂTRE

(pa-râ-tr') s. m.
Ancien nom du beau-père, qui est parallèle à marâtre et qu'il est dommage qu'on ait perdu. Quand on l'emploie aujourd'hui, on lui donne une signification péjorative analogue à celle de marâtre.
Et ma fortune, pourquoi la comptes-tu ? me prends-tu pour un parâtre ? [CH. DE BERNARD, la Peau du lion, ch. 3]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Ce dist Rolans : c'ert [ce sera] Guenes mis parastre [mon beau-père] [, Ch. de Rol. X]
  • XIIIe s.
    Le [la] haine que li parrastre et les marrastre ont envers lor fillastres [BEAUMANOIR, LVII, 7]
  • XVIe s.
    Un parastre peut bien avoir la garde des enfants de sa femme.... [, Coust. gén. t. I, p. 137]

ÉTYMOLOGIE

  • Père, avec la finale péjorative astre ; wallon, pâràss, pâraùs ; provenç. pairastre ; cat. padastre ; esp. padrastro ; port. padrasto.

parâtre

PARÂTRE. n. m. Beau-père. Il s'emploie aussi dans le sens de Mauvais père. Dans les deux sens il est peu usité.
Traductions

parâtre

bopatraĉo, duonpatraĉo, patraĉo