parfumeur, euse

PARFUMEUR, EUSE

(par-fu-meur, meû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui fait et vend des parfums.
C'est moi qu'on appelait la belle parfumeuse, afin que vous le sachiez [DANCOURT, Curé de Compiègne, SC. 13]
Si leurs corps [des Égyptiens] devaient ressusciter, pourquoi la première opération des parfumeurs était-elle de leur percer le crâne avec un crochet, et d'en tirer la cervelle ? [VOLT., Dict. phil. Résurrection, 1]
Le président Hennequin, un conseiller au Châtelet, nommé la Bruyère, et son père, parfumeur sur le pont au Change, furent les premiers qui allumèrent l'embrasement dans Paris [la Ligue] [ID., Hist. parlem. XXIX.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Si on demeure quelque temps dans la boutique d'un parfumeur, sortant de là on sent le parfum bon ou mauvais [PARÉ, XXIV, 10]
    Par artifice et sublimation des meschans, traistres, empoisonneurs et parfumeurs [ID., XXIII, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Parfumer.