parleur, euse

Recherches associées à parleur, euse: beau parleur, carde

PARLEUR, EUSE

(par-leur, leû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui parle.
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère [LA FONT., Fabl. VII, 7]
La beauté et la délicatesse de son éloquence lui fit donner le nom de Théophraste, qui signifie divin parleur [ROLLIN, Hist. anc. t. XII, liv. XXVI, 1re part. II, 5]
Vous trouverez partout d'agréables parleuses [DESTOUCHES, Homme sing. I, 2]
Ainsi nous plaît le parleur agréable ; Son amabilité rend tout le monde aimable [DELILLE, Convers. III]
On ne peut pas dire de Tacite comme de Salluste, que ce n'est qu'un parleur de vertu [LA HARPE, Cours de litt. t. v, p. 17]
Fig.
Le songe est un tableau des passions humaines, Un confident peu sûr, un parleur peu discret, Qui des plus retenus évente le secret [ROTR., Bélis. III, 4]
Un grand parleur, un homme qui parle beaucoup, et aussi qui parle trop.
Les Lavardin, qui sont grands parleurs, n'aiment pas ceux qui parlent autant qu'eux ; et moi je suis un des grands parleurs que je connaisse [SCARRON, Lett. Œuv. t. I, p. 186, dans POUGENS]
Il [le diplomate] est vif et grand parleur, pour faire parler les autres [LA BRUY., X.]
À un homme vain, indiscret, qui est grand parleur et mauvais plaisant.... il ne lui manque plus, pour être adoré de bien des femmes, que de beaux traits et la taille belle [ID., III]
Il fut voir le matin Doris grande parleuse, Puis Mélite survint, autre insigne causeuse [BOISSY, Babillard, sc. 2]
Un beau parleur, un homme qui s'énonce facilement, qui a à son service de belles phrases.
Leur grand valet près d'eux était debout, Garçon bien fait, beau parleur et de mise, Et qui faisait les servantes trotter [LA FONT., Gageure.]
Un homme de qualité, l'un des plus beaux esprits et des plus beaux parleurs du siècle passé [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 167]
Beau parleur, c'est-à-dire faiseur de longues phrases et content de lui si jamais docteur le fut [J. J. ROUSS., Conf. II]
L'affectation de style, dans le langage et dans la conversation, est un vice assez ordinaire aux gens qu'on appelle beaux parleurs [D'ALEMB., Mél. litt. Œuv. t. III, p. 152, dans POUGENS]
Un beau parleur, signifie aussi un homme qui parle de vertu, de beaux sentiments.
Chevalier, prends garde à Dorsain, il te pervertira, je t'en avertis ; c'est un beau parleur ; cependant je t'assure qu'au fond de l'âme il ne vaut pas mieux que moi [GENLIS, Théât. d'éduc. les Faux amis, I, 5]
Celui, celle qui a l'habitude de parler beaucoup.
C'est un parleur étrange, et qui trouve toujours L'art de ne vous rien dire avec de grands discours [MOL., Mis. II, 5]
Au masc. Il se dit quelquefois pour orateur.
Par écrit Le sénat demanda ce qu'avait dit cet homme, Pour servir de modèle aux parleurs à venir [LA FONT., Fabl. XI, 7]
Les détails où, s'il a fait voir du talent de parleur, il n'a jamais montré la moindre connaissance d'un homme d'État [MIRABEAU, Collection, t. III, p. 367]
Adj. Qui parle.
Ses cris sont superflus, L'oiseau parleur est déjà dans la barque, Pour dire mieux l'oiseau ne parlant plus... [LA FONT., Fabl. x, 12]
Ces grands hommes n'étaient point parleurs [BOSSUET, Nouv. myst. 17]
Si la société du chien, du cheval ou de l'éléphant est plus intéressante par le sentiment et par l'utilité, la société de l'oiseau parleur est quelquefois plus attachante par l'agrément [BUFF., Ois. t. XI, p. 151]
Elle n'est point parleuse, et j'en rends grâce à Dieu [COLLIN D'HARLEVILLE, Optimiste, I, 11]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    À beau parleur closes oreilles [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 225]
    Le roy Charles estoit de sa personne mout bel prince et biau parleur à toutes personnes, et estoit piteux envers povres gens [FENIN, 1422]
  • XVIe s.
    [La renommée] de sa bouche parleresse... [RONS., 449]

ÉTYMOLOGIE

  • Parler ; prov. parlaire, parlador ; esp. parlador ; portug. palrador ; ital. parlatore. Dans le provençal, parlaire est le nominatif, et parlador, le régime. Entre-parleur s'est dit pour personnage d'une pièce (voy. BOISROBERT, Vraie Didon).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PARLEUR. Ajoutez :
    En termes de télégraphie électrique, instrument qui sert à transmettre.
    Quand on est sur le point de poser le fil, on l'essaie au moyen d'une pile portative placée dans la voiture ; on peut également faire marcher les parleurs, qui se trouvent transportés à côté des piles et des bobines [, Journ. offic. 29 sep. 1875, p. 8412, 2e col.]