parvis

parvis

[ parvi] n.m. [ du lat. paradisus, paradis, du gr. ]
1. Place qui s'étend devant l'entrée principale d'une église : Des musiciens jouent sur le parvis de Notre-Dame.
2. Place qui s'étend devant un grand bâtiment public : Le parvis de la gare.

parvis

(paʀvi)
nom masculin
place située devant un bâtiment le parvis d'une église

PARVIS

(par-vî) s. m.
Place devant la porte principale d'une église et particulièrement d'une église cathédrale. Le parvis de Notre-Dame, et, plus ordinairement, le parvis Notre-Dame, le parvis de l'église de Notre-Dame à Paris.
Seule à tâtons au parvis Notre-Dame Elle vient hiver comme été [BÉR., Pauv. femme.]
Par extension, il se dit de toute espèce de temple.
Un jour qu'assis tous deux dans les sacrés parvis, Ils contaient cette histoire aux pèlerins ravis [LA FONT., Phil. et Baucis.]
Poétiquement. Les sacrés parvis, une église.
Quel est cet enfant débile Qu'on porte aux sacrés parvis ? [V. HUGO, Odes, I, 9]
Chez les Juifs, dans l'ancien temple, espace qui était autour du tabernacle.
Le parvis aura cent coudées de long, cinquante de large et cinq de haut [SACI, Bible, Exode, XXVII, 18]
Dans un des parvis aux hommes réservé, Cette femme superbe entre le front levé [RAC., Athal. II, 2]
Au plur. Les parvis, vestibule, enceinte.
De ses parvis sacrés [du temple] j'ai deux fois fait le tour [RAC., Athal. III, 7]
De tout son corps pressant les froids parvis, à ces accents le royal solitaire Mêle tout bas quelques vœux pour son fils [MILLEV., Charlemagne à Pavie, ch. VI]
On dirait qu'à ces lieux ta vue accoutumée Les connaît autrement que par la renommée ; Tout à l'heure tes pas des miens étaient suivis ; Je t'observais surtout dans ce prochain parvis Où des rois mes aïeux les armes sont rangées [P. LEBRUN, Ulysse, III, 2]
Les célestes parvis, le ciel.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Bien-heureux est celui que tu as esleu, Seigneur : il habitera en tes parvis [CALV., Instit. 740]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. parvisius, paravisus ; napol. paraviso ; de paradisus, pris, dans le moyen âge, pour l'espace laissé devant une église, du lat. paradisus, paradis (ancienne forme paraïs, d'où paravis, parvis) ; ainsi dit, parce que, dans la représentation des mystères, qui, à l'origine, se jouaient devant les églises, ce lieu figurait le paradis (voy. PARADIS).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PARVIS. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    En cel parevis parmei cui hom vat à la glise del bieneurous Laurent [, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 212]

parvis

PARVIS. n. m. Place devant la grande porte d'une église, et principalement d'une église cathédrale. Le parvis de Notre-Dame, et plus ordinairement Le parvis Notre-Dame.

PARVIS, en parlant de l'Ancien temple de Jérusalem, désigne les Grandes cours qui étaient dans ce temple. Le parvis des gentils, Celui où les gentils étaient admis. Le parvis d'Israël, Celui où le peuple juif seul avait le droit d'entrer. Le parvis des prêtres, Celui qui était réservé aux prêtres. Avant l'édification du temple, il y avait aussi un parvis autour du tabernacle.

PARVIS, au pluriel, se dit poétiquement pour Vestibule, enceinte. Les sacrés parvis.

Les célestes parvis, Le ciel.

parvis

Parvis, Pronaum. B.

parvis


PARVIS, s. m. Chez les Juifs, l'espace, qui était autour du Tabernacle. = Chez les chrétiens, place devant la grande porte d'une Église. Il se dit principalement en parlant d'une Église Cathédrale. Acad.

Traductions

parvis

חצר חיצונה (נ), מפתן (ז), סף (ז), מִפְתָּן, סַף

parvis

square

parvis

sagrato

parvis

[paʀvi] nmsquare (in front of a church)