patrociner

(Mot repris de patrocinez)

PATROCINER

(pa-tro-si-né) v. n.
Terme vieilli. Parler longuement et d'une façon importune pour persuader.
Prêchez, patrocinez jusqu'à la Pentecôte ; Vous serez ébahi, quand vous serez au bout, Que vous ne m'aurez rien persuadé du tout [MOL., Éc. des f. I, 1]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme Guillaume Ferrecoq reparast [vînt] à la court espirituel de l'evesque de Meaulz, et y patrocinast, et feist fait de procureur.... [DU CANGE, patrocinari.]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. patrocinar, ital. patrocinare ; du lat. patrocinari, de patronus, avocat (voy. PATRON 1).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PATROCINER. - HIST. Ajoutez :
  • XVIe s.
    Preschez et patrocinez d'icy à la Pentecoste, enfin vous serez esbahy comment rien ne me aurez persuadé [RAB., III, 5]
    Il convient d'autant mieux de rapporter ce passage de Rabelais, que Molière le copie (voy. au Dictionnaire), en en avertissant d'ailleurs.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

patrociner

PATROCINER. v. intr. Parler longuement, et jusqu'à l'importunité, pour persuader. Prêchez et patrocinez tant qu'il vous plaira. Il est vieux.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

patrociner


*PATROCINER, v. n. Vieux mot. Parler longuement et jusqu'à l'importunité, pour tâcher de persuader. Il n'est plus bon que pour le burlesque et le marotique.
   Préchez, patrocinez jusqu' à la Pentecôte,
   Vous serez étoné, quand vous serez au bout,
   Que vous ne m'aurez rien persuadé du tout.
       Molière.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788