paumelle

(Mot repris de paumelles)

paumelle

n.f. [ de paume ]
Ferrure double qui permet le pivotement d'une porte, d'une fenêtre.

PAUMELLE1

(pô-mè-l') s. f.
Espèce d'orge (l'orge distique).

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tels orges [ceux du printemps] sont communement appellés paumés ou paumoules ; il y en a de plusieurs especes, dont les aucunes ont plus de deux rangées de grains en leurs espis [O. DE SERRES, 108]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. palmella, palmula, à cause des épis comparés à une petite palme.

PAUMELLE2

(pô-mè-l') s. f.
Morceau de cuir ou d'étoffe épaisse dont les cordiers se garnissent la main pour filer le chanvre ou faire de petits cordages.
Le fileur [cordier] tient dans sa main droite un bout de lisière qu'on appelle paumelle, qui conserve le tortillement du fil et l'empêche de se replier sur lui-même, [, Dict. des arts et métiers, Amst. 1767, Cordier]
Terme de marine. Lanière de cuir garnie d'un dé plat, que met dans sa main droite, comme le cordonnier sa manique, le voilier quand il veut coudre.
Outil de bois dont le corroyeur garnit la paume de sa main.
Nom d'une espèce de penture de porte, qui tourne sur un gond et qui empêche que l'air ne pénètre.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Pour avoir fait et mis deux gons, une grosse poumelle et deux grappes de fer où ferme le courroil de la porte [, Bibl. des chartes, 3e série, t. IV, p. 389]

ÉTYMOLOGIE

  • Paume 1.

PAUMELLE3

(pô-mè-l') s. f.
Synonyme de paumille.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    4. PAUMELLE (po-mè-l'), s. f. Nom donné, sur les côtes de la basse Normandie, à la tangue fraîche déposée par la dernière marée.

paumelle

PAUMELLE. n. f. Variété d'orge.

paumelle

PAUMELLE. n. f. T. d'Arts. Morceau de cuir dont l'ouvrier garnit sa main. Le cordier met une paumelle pour filer le chanvre.

Il se dit aussi d'une Petite penture fixée sur le battant d'une porte et tournant autour d'un gond.

Traductions

paumelle

guardapalma