pavie

(Mot repris de pavies)

PAVIE

(pa-vi ; on ne prononce pas l'e) s. m.
Sorte de pêche dont la chair est ferme, et qui ne quitte pas le noyau. De gros pavies.

REMARQUE

  • Contre l'Académie qui disait un pavie, Ménage observait qu'à Rouen et à Bordeaux on disait une pavie. Mme de Genlis, dans sa Maison rustique, dit aussi une pavie. Perrault disait un pavi, au pluriel des pavis, dans son poëme sur le livre de M. de la Quintinye : Là brillait le teint vif des pêches empourprées ; Ici le riche émail des prunes diaprées ; Là des rouges pavis le duvet délicat. C'est aussi pavi que dit Bernis : Toutes les ronces son couvertes De coings dorés et de pavis, Quatre saisons, Automne.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pesches, avant-pesches, presses, pavis, perdigoines [R. BELLEAU, Bergeries, t. I, p. 89]

ÉTYMOLOGIE

  • Pavie, ville d'Italie ; le pavie ayant été apporté de Lombardie.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

pavie

PAVIE. n. m. Sorte de pêche dont la chair est adhérente au noyau. Pavies rouges.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

pavie

PAVIE, Ville d'Italie, nunc Papia, olim Ticinum.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

pavie


PAVIE, s. m. [On prononce pavi. Acad.] Richelet dit pavie, pavi ou pavis: il préfère le 1er. Ménage remarque qu'en certaines Provinces on dit une pavie, au féminin; mais que le grand usage de la France est pour, un pavis. Il avoue pourtant que Mrs. de l'Académie ont décidé qu'il fallait dire, un pavie: grôs pavie, petit pavie: le pavie est le mâle du pêcher. Trév. = Pluche écrit comme on prononce, pavi. = Sorte de pêche qui ne quitte pas le noyau. Acad.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

pavie

Pavía