perdreau

(Mot repris de perdreaux)

perdreau

n.m.
Petit de la perdrix, né dans l'année.
Perdreau de l’année,
(Par plaisanterie). Fam. personne qui fait preuve d’une naïveté confondante ; débutant : Ce flic n’est pas un perdreau de l’année.

perdreau

(pɛʀdʀo)
nom masculin pluriel perdreaux
petit de la perdrix un perdreau tombé du nid

PERDREAU

(pèr-drô) s. m.
Perdrix de l'année.
Vous me permettrez de vous offrir ma chasse, deux perdreaux rouges excellents [PICARD, la Petite ville, I, 8]
Terme d'artillerie. Mortier employé à la fin du XVIIe siècle et au commencement du XVIIIe ; c'est un mortier entouré d'autres petits mortiers dont chacun lance une grenade.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Près du roi, devant la baniere, Metent François trois perdriaus [sorte d'engin de guerre], Getans pieres aus enviaus Entre Flamens grosses et males [G. GUIART, dans DU CANGE, perdiceta.]
    On vole [avec les éperviers] aux pertriseaulx, aux aloes et aux cailles [, Modus, f. XCV, verso]
    Quarante perdriaux, deux sols quatre deniers piece [, Ménagier, II, 4]
  • XVIe s.
    Vous avez mangé de bons perdreaux [DESPER., Contes, LXXIV]

ÉTYMOLOGIE

  • Contracté de perdriseau, qui est un diminutif de perdrix, et qu'on trouve dans l'historique, ou plutôt, car l's ne s'élide guère, de perdrijau ou perdrigau ; Berry, perdriau, pardriau, et à Lachâtre pardrijau ; prov. perdigal, perdigo ; cat. perdigot ; esp. perdigon ; ital. perniciotto.

perdreau

PERDREAU. n. m. Perdrix de l'année. Une compagnie de perdreaux.

perdreau


PERDREAU, s. m. PERDRIX, s. f. [Pêr-dro, dri, et devant une voyèle, driz: 1re ê ouv. 2e dout. au sing. du 1er, lon. au plur. perdreaux.] Perdrix est une sorte d'oiseau et de gibier de plumage gris et de la grôsseur à-peu-prês d'un grôs pigeon. = Perdreau est une perdrix de l'année, qui n'a pas encore sa juste grôsseur.

Traductions

perdreau

partridge

perdreau

perniciotto

perdreau

[perdreaux] (pl) [pɛʀdʀo] nm → (young) partridge