perforé, ée

PERFORÉ, ÉE

(pèr-fo-ré, rée) part. passé de perforer
Qui est percé d'un ou de plusieurs trous.
Il ne faudrait chauffer.... des matières susceptibles de laisser dégager du phosphore, dans des vases de platine ; ils seraient à l'instant perforés [THENARD, Traité de chimie, t. I, p. 321, dans POUGENS]
On dit aussi quelquefois : trou perforé, au lieu de trou pratiqué.
À quatre pieds de terre on ouvre dans le tronc de l'érable deux trous de trois quarts de pouce de profondeur et perforés de haut en bas [CHATEAUBR., Amér. Récolte du sucre d'érable]
Terme d'anatomie. Muscles perforés, muscles dont les fibres s'écartent dans un point de leur longueur pour donner passage aux tendons des muscles dits perforants. Substance perforée postérieure ou moyenne, espace triangulaire situé à l'angle de séparation des deux pédoncules cérébraux qui le limitent sur les côtés.