peuple

peuple

n.m. [ lat. populus ]
1. Ensemble d'hommes constituant une communauté sociale ou culturelle : Le peuple tsigane.
2. Ensemble d'hommes habitant sur un même territoire, régis par les mêmes lois, et formant une nation : Le Président s'adresse au peuple français population
3. Ensemble des citoyens en tant qu'ils exercent des droits politiques : Les élus du peuple.
4. (Précédé de l'art. déf.) Ensemble de ceux qui ne jouissent d'aucun privilège et ne vivent que de leur travail (par opp. aux classes possédantes, à la bourgeoisie) : La ministre n'oublie pas qu'elle est issue du peuple.
5. Fam. Grand nombre de personnes : Il y a du peuple dans la rue monde

PEUPLE1

(peu-pl') s. m.
Multitude d'hommes d'un même pays et vivant sous les mêmes lois.
Ces peuples si braves et si belliqueux, et que vous dites qui sont nés pour commander à tous les autres, fuient devant une armée qu'ils disaient être composée de nos cochers et de nos laquais [VOIT., Lett. 74]
Chaque peuple a le sien [gouvernement] conforme à sa nature, Qu'on ne saurait changer sans lui faire une injure [CORN., Cinna, II, 1]
Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes ; car il n'y obéit ou à cause qu'il les croit justes [PASC., Pens. VI, 40 bis, édit, HAVET]
On énerve la religion quand on la change, et on lui ôte un certain poids qui seul est capable de tenir les peuples [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Les peuples ne souffrent que par les fautes des rois, qui devraient veiller pour les empêcher de souffrir [FÉN., Tél. XXIV]
Ce sont les peuples qui assurent toujours la gloire et la grandeur du souverain [MASS., Petit carême, Caract. grand. de J. C.]
Il y a des peuples sans physionomie auxquels il ne faut point de peintres [J. J. ROUSS., Hél I, 12]
Peuples, formez une sainte alliance, Et donnez-vous la main [BÉRANG., Sainte-Alliance.]
Tout trompe.... Gloire, amitié, travail, repos, Le monde et ses enchanteresses, Les héros comme les maîtresses, Les peuples comme les héros [P. LEBRUN, Voy. de Grèce, III, 2]
Fig.
Comme il [Dieu] se sert de ses anges, peuple naturellement sujet et créé [BOSSUET, 6e avert. 35]
La souveraineté du peuple, doctrine politique d'après laquelle tout pouvoir réside dans le peuple. par opposition à la doctrine du droit divin.
Après tout, où veut-on aller par cet empire du peuple ? ce peuple à qui on donne un droit souverain sur les rois, en a-t-il moins sur toutes les autres puissances ? [BOSSUET, 5e avert. 58]
Mon peuple, son peuple, le peuple auquel j'appartiens, il appartient.
Esther n'avait point encore découvert ni son pays ni son peuple, selon l'ordre que Mardochée lui en avait donné [SACI, Bible, Esther, II, 20]
Au plur. Peuples se dit quelquefois des habitants d'un État composé de diverses provinces qui n'ont pas été réunies en même temps et qui sont régies par des lois différentes. Les peuples qui composaient l'empire romain.
Multitude d'hommes qui, bien que n'habitant pas le même pays, ont une même religion ou une même origine Le peuple juif est dispersé par toute la terre. Tout le peuple chrétien.
Dans le style biblique, le peuple de Dieu, ou, absolument, le peuple, le peuple juif.
J'imprimerai ma loi dans leurs entrailles, et je l'écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et eux ils seront mon peuple [SACI, Bible, Jérémie, XXXI, 33]
Tandis que les prophètes ont été pour maintenir la loi, le peuple a été négligent ; mais, depuis qu'il n'a plus eu de prophètes, le zèle a succédé [PASC., Pens. XV, 13 bis.]
Au plur. Les peuples, les nations en dehors du peuple juif.
Dans le style de l'Écriture, le peuple juif est appelé, en nombre singulier et par excellence, le peuple, ou le peuple de Dieu ; et, quand on trouve les peuples, ceux qui sont exercés dans les Écritures entendent les autres peuples qu'on voit aussi promis au Messie dans la prophétie de Jacob [BOSSUET, Hist. II, 2]
Peuple se dit aussi des chrétiens, en tant que peuple de Dieu.
Dieu voulant se former un peuple saint qu'il séparerait de toutes les autres nations [PASC., Pens. XI, 5 ter.]
Il [Jésus-Christ] devait lui seul produire un grand peuple, élu, saint et choisi.... [ID., ib. XVIII, 16]
Nous qui nous vantons d'être le peuple choisi, nous qui nous regardons comme la nation sainte [MASS., Carême, Mot. de conv.]
Le peuple-roi, l'ancien peuple romain.
Ô Romains, disait-il, peuple-roi que je sers [VOLT., Mort de César, III, 8]
Peuple se dit par rapport au gouvernement d'un roi, d'un évêque, etc.
Je m'écarte, je vais détrôner le sophi ; On m'élit roi, mon peuple m'aime [LA FONT., Fabl. VII, 10]
Bientôt chéri de son peuple, il [le cardinal de Fleury] l'édifie par ses exemples.... il le garantit des fureurs de la guerre par sa prudence [MAIRAN, Éloges, cardinal de Fleury.]
Belzuns, ce pasteur vénérable, Sauvait son peuple périssant [VOLT., Odes, 3]
Habitants d'une même ville, d'un même village, etc. Tout le peuple du bourg.
Le même peuple [de Paris] qui avait fait treize mois auparavant des feux de joie pour leur emprisonnement, en fit tous ces derniers jours pour leur liberté [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 326, dans POUGENS]
Il y a beaucoup de peuple dans Paris (locution vieillie), c'est-à-dire la population de Paris est très grande.
Le peuple, considéré dans les républiques comme le souverain.
Le peuple, dit-il [Platon], est un animal inconstant, ingrat, cruel, jaloux, incapable de se laisser conduire par la raison [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 73, dans POUGENS]
Le peuple, qui a la souveraine puissance... [MONTESQ., Esp. II, 2]
Il y avait un grand vice dans la plupart des anciennes républiques, c'est que le peuple avait droit d'y prendre des résolutions actives et qui demandent quelque exécution, chose dont il est entièrement incapable [ID., ib. XI, 6]
Mais le peuple, indigné que la loi le contraigne, Voudrait être séduit et flatté comme un roi [MASSON, Helvét. VI]
Il se dit d'une partie de la nation considérée au point de vue des divisions établies en politique. Le sénat et le peuple romain.
On dit toujours qu'il n'y a point d'assurance au peuple, on en a menti : il y a mille fois plus de solidité dans le peuple que dans le cabinet [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 439, dans POUGENS]
Orateur du peuple, s'est dit, pendant la Révolution, des chefs des attroupements populaires qui, admis à la barre de la Convention, y prenaient la parole au nom du peuple de Paris.
Il signifie quelquefois la multitude, le public considéré en son ensemble.
Le peuple raisonne ordinairement ainsi : une chose est possible, donc elle est [PASC., Pens. XIII, 23]
Encore que les opinions du peuple soient saines, elles ne le sont pas dans sa tête, car il pense que la vérité est où elle n'est pas [ID., ib. V, 2 ter.]
Le peuple honore les personnes de grande naissance, les demi-habiles les méprisent... les habiles les honorent, non par la pensée du peuple, mais... [ID., ib. V, 1]
Et l'archiduc, forcé d'avouer qu'il n'avait pas de pouvoir [pour traiter], fit connaître lui-même au peuple ému, si toutefois un peuple ému connaît quelque chose, qu'on ne faisait qu'abuser de sa crédulité [BOSSUET, le Tellier.]
Le peuple appelle éloquence la facilité que quelques-uns ont de parler seuls et longtemps [LA BRUY., I]
En faisant semblant d'être les protecteurs du pauvre peuple qui n'est que le sot peuple [VOLT., Lett. Condorcet, 18 juill. 1774]
Reproches que nous avons entendus de nos jours, tant cette énorme bête qu'on appelle le peuple s'est toujours ressemblé [DIDER., Claude et Nér. I, 75]
Le peuple est sans doute un animal imbécile qui se laisse conduire dans les ténèbres, quand on ne lui présente pas quelque chose de mieux [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 30 nov. 1770]
Et le peuple inconstant n'a qu'un jour de courage [C. DELAV., Vêpr. sicil. III, 6]
À Rome, Varron trouvait que, pour le langage, comme pour le reste, le peuple ne dépendait que de soi-même, et que chacun dépendait du peuple [VILLEMAIN, Dict de l'Ac. fr. Préface]
Populairement. Se moquer du peuple, insulter à l'opinion.
La partie de la nation, considérée par opposition aux classes où il y a soit plus d'aisance, soit plus d'instruction.
M. le Prince était si las de tout ce qui s'appelait peuple, qu'il n'y faisait pas seulement de réflexion [RETZ, Mém. t. III, liv. IV, p. 355, dans POUGENS]
Il y a le peuple qui est opposé aux grands, c'est la populace et la multitude ; il y a le peuple qui est opposé aux sages, aux habiles, aux vertueux, ce sont les grands comme les petits [LA BRUY., IX.]
C'est déjà trop d'avoir avec le peuple une même religion et un même Dieu ; quel moyen encore de s'appeler Pierre, Jean, comme le marchand ou le laboureur ? [ID., IX.]
Il [un grand] s'enivre de meilleur vin que l'homme du peuple ; seule différence que la crapule laisse.... entre le seigneur et l'estafier [ID., ib.]
Louis XI : Ces misérables-là font du bonheur de tout ! - Olivier : Bonheur qui sent le peuple [C. DELAV., Louis XI, III, 3]
Le petit peuple, le menu peuple, le bas peuple, les classes tout à fait inférieures.
Je fus averti que l'abbé Fouquet cabalait contre moi chez le menu peuple [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 145]
Dans le gouvernement même populaire, la puissance ne doit point tomber entre les mains du bas peuple [MONTESQ., Espr. XV, 18]
Le petit peuple est pauvre dans le riche pays de l'Inde, ainsi que dans presque tous les pays du monde [VOLT., Mœurs, 194]
Familièrement. Le petit peuple, les enfants.
Je n'aime ce petit peuple [ses petits-enfants] que pour l'amour de vous [SÉV., 26 août 1675]
Pauline [fille de Mme de Grignan] me paraît digne d'être votre jouet... le petit marquis [son fils] est fort joli... parlez-moi souvent de ce petit peuple et de l'amusement que vous y trouvez [ID., 30 juin 1677]
10° Par extension, foule, rassemblement.
En quelque endroit que j'aille, il faut fendre la presse D'un peuple d'importuns qui fourmillent sans cesse [BOILEAU, Sat. VI]
Je n'ai percé qu'à peine Les flots toujours nouveaux d'un peuple adorateur [RAC., Bérén. II, 3]
Tout un peuple autour d'eux pleure et frémit d'effroi [VOLT., Orph. III, 5]
Un grand peuple, une grande foule.
Un grand peuple, seigneur, dont cette cour est pleine, Par des cris redoublés demande à voir la reine [CORN., Pomp. V, 6]
Un grand peuple les suit [RAC., Bérén. IV, 8]
Particulièrement, grand nombre de personnes considérées par des côtés qui leur sont communs.
Qui pourrait cependant t'exprimer les cabales Que formait en ces lieux ce peuple de rivales... ? [RAC., Esth. I, 1]
On peut bien dire que les Romains étaient un peuple de soldat, né et formé pour la guerre.. [ROLLIN, Traité des Ét. III, 1]
Où le maître apparent d'un peuple de valets N'en est en effet que l'esclave [LAMOTTE (HOUDARD DE LA), Odes, t. I, p. 390, dans POUGENS]
Faire du genre humain un peuple de frères [VOLT., Dict phil, Religion.]
Je ne jugeai pas à propos d'aller chercher des Dianes et des Sylvandres chez un peuple de forgerons [J. J. ROUSS., Confess. IV]
Quels hommes devaient être alors les Portugais, et quels ressorts extraordinaires en avaient fait un peuple de héros ! [RAYNAL, Hist. phil. I, 18]
Et d'un peuple d'élus la demeure éternelle [DELILLE, Par. perdu, X]
11° Petits poissons qui servent à peupler un étang. Mettre du peuple dans un étang.
12° Rejeton au pied des arbres, des plantes.
13° Adj. Qui tient du peuple, qui en a le caractère, qui ne s'élève pas au-dessus de lui. En un sens défavorable.
Ils [les princes lorrains] avaient si bonne mine, qu'auprès d'eux les autres princes paraissaient peuple ; l'expression est de Mme la maréchale de Rais ; cette façon de parler est un peu hardie, et un grammairien scrupuleux dirait : paraissaient bourgeois [BALZ., t. II, p. 491, éd. in-f°.]
Il faut être bien peuple pour se laisser éblouir par l'éclat qui environne les grands [BOUHOURS, Nouv. rem.]
L'Église ne vous a pas demandé alors [au baptême] si, par votre naissance selon la chair, vous étiez grand ou peuple [MASS., Carême, Immutab. de la loi.]
Il y en a [des siècles] où tout le monde est peuple ; et ceux-là sont sans comparaison les plus favorables à l'établissement des erreurs [FONTEN., Oracles. I, 11]
Comment, s'écria-t-elle, appelez-vous peuple les deux hommes qui sortent d'ici ? ils ont bien de l'esprit, répliquai-je, mais ils ne raisonnent jamais [ID., Mondes, 6e soir.]
Oui, il a de l'esprit si peuple ! [D'AILAINVAL, École des bourg. I, 2]
Air peuple, air commun, vulgaire. En un sens favorable.
Le peuple n'a guère d'esprit, et les grands n'ont point d'âme... faut-il opter ? je ne balance pas, je veux être peuple [LA BRUY., IX.]
Il [le peuple de Paris] est moins canaille et plus peuple que les autres peuples [MARIV., Marianne, part. II]
Que sans affectation je fusse peuple à la guinguette [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Bras, tête et cœur, tout était peuple en lui [BÉRANG., Manuel.]

PROVERBE

    La voix du peuple est la voix de Dieu, c'est-à-dire ordinairement le sentiment général est fondé sur la vérité.

HISTORIQUE

  • IXe s.
    Pro Deo amur et pro cristian poblo [, Serment]
  • XIIIe s.
    L'endemain parlerent li baron, et distrent qu'il montreroient Alexis au peuple de Constantinoble [VILLEH., LXVIII]
    Là ot moult grant pueple assemblé de son lignage et de ses gens [ID., XXIII]
    Venés avant, mes pules [mon peuple], qui mes comans fesis, Quand tu me veïs mort et tu m'ensevelis [, Ch. d'Ant. II, 501]
  • XVe s.
    Voirement, il n'est nul sire chretien... qui hors de leur pays puissent trois ni quatre ans tenir tel peuple de gens d'armes... que il ne fust tout usé et miné de chevance et de finance [FROISS., II, II, 136]
    Et le peuple esmeu par les ennemis dudit frere [Savonarole] [COMM., VIII, 19]
  • XVIe s.
    Le peuple [le vulgaire] disoit en ma jeunesse, que... [MONT., I, 22]
    Le menu peuple [AMYOT, Cor. 31]
    Ung de noz truchemens racontoyt à Pantagruel comment ce peuple guaignoyent leur vie en faczon bien estrange [RAB., Pant. IV, 12]
    Peuple sans blé mal assemblé [LEROUX DE LINCY, Prov. II, p. 371]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. pobol, poble ; catal. poble ; esp. pueblo ; portug. povo ; ital. popolo ; du lat. Populus (o bref), forme à redoublement dérivée du radical pla, emplir, sanscr. par : proprement, la foule.

PEUPLE2

(peu-pl') s. m.
Nom populaire du peuplier. Terme de menuisier. Bois blanc de France, très mou, avec lequel on fait le plus souvent les voliges.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    À l'entour de l'isle je planteray certains pibles ou populiers [PALISSY, 76]
    Les feuilles de chesne, de sauls, de peuple [O. DE SERRES, 295]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. Populus (o long), forme à redoublement qu'on peut rapprocher du grec, agiter, à cause de l'agitation des feuilles de cet arbre.

peuple

PEUPLE. n. m. Multitude d'hommes vivant habituellement ensemble. Peuple civilisé. Peuple barbare. Peuple sauvage. Peuple nomade. Peuple pasteur, commerçant, agricole, navigateur. Peuple guerrier, pacifique. Tous les peuples de la terre.

Il désigne aussi la Population fixe d'un pays, en tant qu'elle forme un ensemble, un tout solidaire sous le même gouvernement. Le peuple grec. Le peuple romain. Le peuple français. Au pluriel, Peuples se dit quelquefois des Habitants d'un État composé de diverses provinces, dont plusieurs ont été réunies par la conquête ou autrement, et sont régies par des lois, des coutumes particulières. Les peuples qui composent cet empire.

Le peuple-roi, L'ancien peuple romain.

PEUPLE se dit quelquefois d'une Multitude d'hommes qui n'habitent pas le même pays, mais qui ont une même origine, une même religion, etc. Le peuple juif est dispersé par toute la terre. Cette victoire, remportée sur les infidèles, fut un sujet de joie pour tout le peuple chrétien.

Il se dit aussi des Habitants d'une même ville, d'un même bourg, d'un même village. Il y a beaucoup de peuple dans Paris. Tout le peuple du bourg, du village, accourut. Dans ce sens, il est peu usité.

PEUPLE se dit aussi d'une Partie définie de la nation, considérée au point de vue social et politique. Ce ministre eut contre lui les grands et le peuple. La doctrine de la souveraineté du peuple.

Prov., La voix du peuple est la voix de Dieu, se dit proverbialement de la Doctrine qui attribue quelque chose de divin à l'instinct populaire.

PEUPLE se dit souvent de la Partie la moins notable, la moins cultivée ou la moins riche des habitants d'une même ville, d'un même pays. Le petit peuple, le menu peuple, Les petites gens, les gens de la condition la plus modeste. On dit, dans un sens péjoratif, Le bas peuple, la lie du peuple.

PEUPLE se dit aussi d'un Grand nombre de personnes considérées sous des aspects qui leur sont communs. Le peuple des auteurs. Un peuple de rivaux. Elle a tout un peuple d'adorateurs.

Il s'emploie quelquefois adjectivement pour signifier Vulgaire, commun. Combien de gens croient pouvoir mépriser le peuple, qui sont peuple eux-mêmes!

peuple

PEUPLE. n. m. Dans le vieux langage il se disait pour Peuplier. Il se dit encore d'un Bois blanc très mou avec lequel on fait des voliges. Bois de peuple.

peuple

Un Peuple et nation, Populus.

Le menu et commun peuple d'une ville, Plebs, vel Plebes, Vulgus.

Tout le peuple contredit, Theatra tota reclamant.

Tout le peuple en parle et bruit, In ore est omni populo.

Quand on a le coeur enclin au peuple: faveur qu'on porte au peuple, ou quand aucun est aggreable au peuple, Popularitas.

Quand le magistrat assembloit une partie du peuple pour traicter des affaires publiques, Consilium habere.

Quand aux villes populaires, un magistrat prioit le peuple d'ordonner quelque chose nomméement et directement au prejudice de quelqu'un de ceux de la ville, Priuilegium de aliquo ferre.

Quand le magistrat faisoit requeste au peuple pour donner juges extraordinaires pour cognoistre et juger du cas imposé à aucun, Ferre quaestionem.

Quand une republique populaire et magistrat venoit au lieu publique portant au peuple une loy, et la luy recitant, et le suppliant qu'il luy pleust luy donner authorité de loy, Ferre ad populum, Subaudi legem.

Quand une partie du peuple par une sedition se bande, et se depart d'avec les autres, avec deliberation de maintenir sa querelle par voye de fait, et par armes, Secessionem facere.

Quand en pensant acquerir la bonne grace du peuple, et faveur, il va tout autrement, Frigus.

Quand le peuple Romain estoit assemblé pour traicter des affaires publiques, et qu'il estoit distribué non point par quartiers ne paroisses, mais selon la chevance d'un chacun et selon l'aage, Centuriata comitia.

Charger le peuple d'imposts, Onerare populum.

Cerchez d'estre loüé du peuple, Ventum popularem quaerere in re aliqua.

Qui cerche la faveur du peuple, Aurae popularis homo.

S'addonner à la volonté du peuple, In vulgus tribuere.

Pour deux causes je n'ay rien escrit ne au peuple, ne au Senat, Publice propter duas causas nihil scripsi.

Il vaut mieux estre du nombre du menu peuple et estre riche, que d'estre noble et povre, Praestat diuitem esse ac popularem, quam mendicum et nobilem.

Les lieux esquels le peuple s'asseoit au theatre, Loca popularia.

Bruits de peuple, Populares strepitus.

Le peuple approuvant, Populariter.

Il n'y a rien que le peuple aime tant, ou qui soit plus aggreable au peuple, que bonté, Nihil tam populare quam bonitas.

Une trompette qu'on sonnoit quand on vouloit assembler le peuple, Concionatoria tibia.

Le cri qui se fait par le peuple és assemblées, Clamor concionalis.

Faire harangue devant le peuple, Publice dicere.

Selon la commune maniere du peuple, Populariter.

Le peuple se soucie de cela, si tu le sçavois bien, Id populus curat scilicet.

Que dira le peuple de toy, si tu fais cela? Qui erit rumor populi, si id feceris?

De peuple en peuple, Par tous les peuples, Populatim.

Au commun peuple, A la republique, Publice.

Pour le menu peuple, Plebeius.

Un petit peuple, Popellus.

Synonymes et Contraires

peuple

nom masculin peuple
1.  Citoyens d'un même pays.
2.  Familier. Grand nombre de personnes.
3.  Les gens de condition modeste.
classe ouvrière, masses laborieuses, masses populaires, petites gens, populace, prolétariat, roture -familier: vulgum pecus -littéraire: gens du commun, multitude, plèbe -populaire: populo.
Traductions

peuple

Volkpeople, nation, folk, populacevolk, bevolking, gewone volk, massa, mensen, (ge)peupelאוכלוסייה (נ) [אוכלוסין], אומה (נ), עם (ז), קהל (ז), אֻכְלוּסִיָּה, אֻמָּה, קָהָל, עַםgent, poblefolkλαόςpopolopoblación, pueblo, gentekansaþjóðpopolo, gente, nazione, volgoplebs, populuslud, ludnośćpovo, gente, naçãofolkwatuahaliхораlidéคน (pœpl)
nom masculin
ensemble des personnes qui vivent dans un pays

peuple

[pœpl] nm
[pays, région] → people
le peuple français → the French people
l'amitié entre les peuples → friendship between peoples
(foule) il y a du peuple → it's pretty crowded, there's quite a crowd