pinacle

pinacle

n.m. [ du lat. pinnaculum, faîte ]
Partie la plus élevée d'un édifice ; couronnement d'un arc-boutant.
Porter qqn au pinacle,
Litt. le placer très haut, en faire un très grand éloge le mettre sur un piédestal
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

PINACLE

(pi-na-kl') s. m.
Le pinacle du temple, et, absolument, le pinacle, la partie la plus élevée du temple de Jérusalem, celle où Jésus-Christ fut transporté quand il fut tenté par le démon (usité au propre seulement en cette locution).
Il [Satan] transporte le Fils de Dieu sur le pinacle du temple [BOSSUET, 1er serm. Démons, 2]
Fig. et familièrement. Être sur le pinacle, être dans une position très élevée.
La consolation de Maulevrier fut de trouver la princesse des Ursins de plus en plus au pinacle [SAINT-SIMON, 147, 147]
Fig. Mettre quelqu'un sur le pinacle, le mettre, l'élever au-dessus de tous les autres.
M. de Lauzun, qu'elle [la comtesse de Fiesque] voulait mettre sur le pinacle [SÉV., 17 janv. 1689]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tant y estoit venu grande multitude ...que toutes les fenestres, les arceaus et les gaileries, voire tous les pinacles et faistes des murailles estoient chargez de gens [, Alector, roman, p. 136]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. pinaculo ; ital. pinacolo ; bas-latin, pinnaculum ; du lat. pinna, sommet ; comparez PIGNON 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PINACLE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Adoncques le diable le transporta en la saincte cité, et le mist sur le pinacle du temple [, Matthieu IX, 5, Nouv. Test. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

pinacle

PINACLE. n. m. La partie la plus élevée d'un édifice. Il se dit surtout en parlant de l'Endroit du temple où Notre-Seigneur fut transporté lorsqu'il fut tenté par le démon.

Fig., Mettre quelqu'un sur le pinacle, élever quelqu'un au pinacle, Le louer extrêmement, le mettre au-dessus de tous les autres par des louanges.

Fig., Être sur le pinacle, Être dans une grande élévation, dans une grande faveur.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

pinacle

Pinacle, Pinnaculum.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

pinacle


PINACLE, s. m. La partie la plus élevée d'un édifice. On ne le dit au propre que de l'endroit du Temple, où le Sauveur fut transporté, quand il fut tenté par le Démon. = Au figuré, st. famil. être sur le pinacle, dans une grande élévation de fortune. = Mettre quelqu'un sur le pinacle, le louer excessivement. "La Comtesse est trop plaisante sur M. de Lausun, qu'elle vouloit mettre sur le pinacle, et qui n'a encore ni logement à Versailles, ni les entrées qu'il avoit. Sév.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

pinacle

nom masculin pinacle
Partie la plus élevée.
comble, sommet, summum, zénith -littéraire: acmé, faîte.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

pinacle

pinnacle

pinacle

Fiale

pinacle

Pinnacle

pinacle

Pinnacle

pinacle

Pinnacle

pinacle

Pinnacle

pinacle

Pinnacle

pinacle

[pinakl] nm
porter qn au pinacle (fig) → to praise sb to the skies
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005