planchéier

(Mot repris de planchéièrent)

planchéier

v.t.
Garnir d'un plancher, de planches.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

PLANCHÉIER

(plan-chè-ié) , je planchéiais, nous planchéiions ; que je planchéie, que nous planchéiions v. a.
Garnir de planches le sol d'un appartement. Faire un plafond d'ais minces, cloués contre des solives. Terme de marine. Construire les ponts d'un navire.

REMARQUE

  • Ce verbe est le seul que l'Académie écrive ainsi ; elle écrit tous les autres par y : grasseyer, langueyer, etc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les diz habitans porront prendre terre es diz pastiz pour planchier ou faire planchiez [DU CANGE, plancherium.]
  • XVIe s.
    En France l'estable à pourceaux est planchée avec des gros aix percés au fons, comme crible [O. DE SERRES, 333]
    Planchent-ils [les oiseaux] de mousse leurs palais, ou de duvet, sans prevoir que les membres tendres de leurs petits y seront plus mollement ? [MONT., II, 160]

ÉTYMOLOGIE

  • Planche ; genev. plancher, v. a.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

planchéier

PLANCHÉIER. v. tr. T. d'Arts. Garnir de planches le sol d'un appartement, d'une chambre. Au lieu de faire parqueter sa chambre, il s'est contenté de la faire planchéier.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5