plat, ate

PLAT, ATE1

(pla, pla-t') adj.
Dont la superficie est unie et sans inégalités.
Ils campèrent dans les lieux les plus plats du pays des Moabites [SACI, Bible, Nomb. XXXIII, 49]
Les cassinistes s'élèvent contre Maupertuis, et ne veulent pas que la terre soit plate aux pôles ; il faudrait les y envoyer pour leur peine [VOLT., Lett. en vers et en prose, 53]
Pays plat, plat pays, voy. PAYS, n° 1. En termes de sport, courses plates, courses qui se font sur un terrain plat, par opposition à steeple-chase ou courses à obstacles, Vue plate, vue qui s'étend sur un terrain plat.
Un beau pays.... une vue agréable, quoique plate [SÉV., 17 avril 1689]
Terme de féodalité. Maison plate, maison de campagne sans fossés ni ceinture. Souliers plats, souliers qui n'ont point de talon.
Perrette.... Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats [LA FONT., Fabl. VII, 10]
À plate couture, voy. COUTURE.
Soit qu'ils réussissent à l'envelopper [Bagration], à le prendre ou à le battre à plate couture [THIERS, Histoire de l'Empire, l. XXVI]
Voltaire a blâmé, avec trop de sévérité, dans le style historique, battre à plate couture : On trouve trop souvent dans Mézeray et même dans Daniel : qu'un général le battit [l'ennemi] à plate couture ; on ne voit point de pareille bassesse de style dans Tite-Live, dans Tacite, dans Guichardin, Dict. philosoph. Genres de style. Familièrement. Avoir le ventre plat, n'avoir pas mangé depuis longtemps. Avoir la bourse plate, n'avoir guère d'argent en sa bourse.
Je vous offre ma bourse, elle est un peu plate à la vérité ; mais vous savez qu'un chantre n'est pas un évêque [LESAGE, Gil Blas, I, 13]
Terme d'hydraulique. Bassin plat, bassin qui a peu de profondeur. Eaux plates, se dit par opposition à eaux jaillissantes.
Ici sont des compartiments mêlés d'eaux plates et d'eaux jaillissantes [LA BRUY., XVI]
Si ce sont des eaux plates et qui se soutiennent à la même hauteur comme dans un lac, ils [les castors] se dispensent d'y construire une digue [BUFF., Quadrup. t. III, p. 49]
Vaisselle plate, vaisselle qui est d'une seule pièce, sans soudure, par opposition à vaisselle montée. Les cuillers, les fourchettes sont de la vaisselle plate. Vaisselle plate, se dit particulièrement de la vaisselle d'argent et de la vaisselle d'or. On a dit que vaisselle plate signifiait proprement vaisselle d'argent (voy. PLATE 2) ; cela est une erreur ; vaisselle en plate (voy. l'hist. de PLATE 1) se disait bien longtemps avant que plate, au sens d'argent, eût été introduit en français.
Qui n'a pas de relief, en parlant des parties du corps. Cette femme a la poitrine plate. Avoir le dos plat. Visage plat, visage qui n'a pas des formes assez en relief.
C'était un grand fade blondin, assez bien fait, le visage plat, l'esprit de même, parlant comme le beau Liandre [J. J. ROUSS., Conf. VI]
Dans le même sens, nez plat, joues plates. Pied plat, ou plat pied, voy. PIED. Cheveux plats, cheveux qui ne sont ni frisés ni bouclés.
Ô Corse à cheveux plats, que ta France était belle Au grand soleil de messidor ! [A. BARBIER, Iambes. l'Idole]
Chevaux plats, chevaux dont les côtes sont serrées, plates et avalées. Terme de boucherie. Plates joues, partie de la tête du bœuf entre le collier, l'oreille, l'œil et le nez.
Plate peinture, ouvrages de peinture qui ne sont pas faits en relief. Broderie plate, broderie qui n'est pas relevée.
Rimes plates, voy. RIME.
Terme de marine. Nœud plat, nœud formé de deux bouts de cordages croisés et revenant sur eux-mêmes en se croisant de nouveau. Vaisseau plat, bâtiment plat, bateau plat, celui dont le fond est plus ou moins plat. Cartes plates, cartes de géographie ne pouvant servir que pour des espaces très limités.
Calme plat, état de la mer lorsque rien n'en agite la surface. Fig. Stagnation des affaires.
10° Terme de pêche. Morue plate, celle qu'on a tranchée dans toute sa longueur.
11° Fig. Dénué de saveur.
Un vin.... qui, rouge et vermeil, mais fade et doucereux, N'avait rien qu'un goût plat et qu'un déboire affreux [BOILEAU, Sat. III]
Je ne recueillais de ma vigne Qu'un peu de vin grossier et plat [VOLT., Lett. en vers et en prose, 148]
12° Fig. Qui n'est ni élégant, ni élevé, ni vif, ni piquant.
La fin des Oies de frère Philippe, les Rémois, le petit Chien [titres de contes de la Fontaine], tout cela est très joli ; il n'y a que ce qui n'est point de ce style qui est plat [SÉV., 50]
Coulanges nous joua cela [une scène entre M. de Solre et M. de Chauvry, pour des titres de noblesse] si follement et si plaisamment, qu'autant que cette scène est plate sur le papier, elle était jolie à la voir représenter [ID., 7 janv. 1689]
Il en a fait une autre [lettre].... qui, en vérité, est plus plate que la feuille de papier sur quoi elle est écrite [ID., 16 oct. 1676]
Il [Luther] devenait tous les jours plus furieux.... tantôt il fait le bouffon, mais de la manière du monde la plus plate.... [BOSSUET, Var. 6]
L'ouvrage le plus plat a chez les courtisans De tout temps rencontré de zélés partisans [BOILEAU, Art p. I]
Son esprit uniquement porté aux affaires rendait sa conversation froide et plate [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 86, dans POUGENS]
Savez-vous que l'imbécile Néaulme et l'infatigable Formey travaillent à mutiler mon Émile, auquel ils auront l'audace de laisser mon nom, après l'avoir rendu aussi plat qu'eux ? [J. J. ROUSS., Lett. à M. Moultou, Corresp. t. V, p. 281. dans POUGENS]
Cette idée me fit faire le plus plat personnage [ID., Conf. VI]
Terme de musique. Se dit d'un thème vulgaire, d'une exécution sans nuances. Physionomie plate, physionomie basse et qui ne signifie rien.
Je vis des figures aussi plates que mal vêtues [LESAGE, Gil Blas, X, 5]
Envisagez la mine plate qui est derrière vous [ID., Diable boit. 18]
Il se dit des personnes qui n'ont ni élégance ni élévation.
Je sais bien respecter Godeau comme prélat ; Mais Godeau comme auteur, je le trouve fort plat [SAINT-ÉVREMOND, Comédie de l'Académie, dans RICHELET]
C'était un animal si plat [Pelletier, supérieur de Saint-Sulpice] et si glorieux, qu'il disait quelquefois à ses jeunes séminaristes : Savez-vous que je suis fils d'un ministre d'État ? [SAINT-SIMON, 50, 91]
La nation a été souvent plus malheureuse qu'elle ne l'est ; mais elle n'a jamais été si plate [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 6 août 1760]
Un plat bourgeois, le coq de ce canton [ID., Enfant prod. III, 2]
....Notre Ariste m'assomme : C'est, je vous l'avouerai, le plus plat honnête homme [GRESSET, Méch. I, 4]
Un plat personnage, un plat sujet, une personne sans aucune espèce de mérite.
13° S. m. La partie plate d'une chose.
Vous ne m'avez point dit que votre premier président [M. Marin] a battu sa femme ; j'aime les coups de plat d'épée, cela est brave et nouveau [SÉV., 226]
Une règle plate qu'on fait mouvoir dans l'air y éprouve une moindre résistance par son tranchant que par son plat [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 80]
Une chenille... les transportait [de petits morceaux de papier] au lieu où elle s'était établie... les liait avec des fils, posait les uns sur la tranche et les autres sur le plat... [BONNET, Contempl. nat. XII, 16]
Le roi les créait chevaliers, en leur frappant sur l'épaule du plat de son épée [CHATEAUBR., Génie, IV, V, 1]
Ce bon temps-là [l'ancien régime]... c'était le temps des coups de plat de sabre [pour les soldats] [P. L. COUR., Lett. particulière.]
Fig. Le plat de la langue, le bavardage, les belles paroles.
Ce n'est que du babil de moine qui donne du plat de la langue [GUI PATIN, Nouv. lett. t. I, p. 198, dans POUGENS]
Villars ne s'était pas contraint de dire, en parlant des puissances, que, s'il ne leur fallait que du plat de la langue, il leur en donnerait tout leur soûl [SAINT-SIMON, 201, 181]
Fig. Faire merveille du plat de la langue, faire de grandes phrases, faire des récits extraordinaires. Terme de marine. Le plat d'une varangue, la partie plate qui repose par son milieu sur la quille. Terme de boucherie. Plats de côtes couverts, la partie inférieure de l'entre-côte et des côtes, près de la poitrine. Plats de joues et tête, la partie des joues de laquelle on a retiré le crâne et la mâchoire, et contenant un os plat.
14° Fig. Ce qui est plat, sans élégance ni élévation.
La cour désabusée.... Distingua le naïf du plat et du bouffon [BOILEAU, Art p. I]
15° Tout plat, loc. adv. De manière à être étendu sur le sol.
L'élevant un peu haut, puis le laissant descendre tout plat [DESC., Météor. 7]
...Casse-lui la mâchoire [au loup] ; On t'a ferré de neuf ; et, si tu me veux croire, Tu l'étendras tout plat [LA FONT., Fabl. VIII, 17]
On le dit aussi quelquefois non en adverbe, mais en adjectif.
Pour moi, ma chère enfant, je tombe toute plate [sans argent], et, quand je n'ai rien, je n'ai rien [SÉV., 6 juill. 1689]
Fig.
Voyant qu'il est tout plat déchu de ses prétentions [GUI PATIN, Nouv. lett. t. I, p. 66, dans POUGENS]
Fig. Sans déguisement.
[L'ours compagnon d'Ulysse] Je vis libre, content, sans nul soin qui me presse ; Et te dis tout net et tout plat : Je ne veux point changer d'état [LA FONT., Fabl. XII, 1]
Les menées de Vendôme pour aller en Espagne lui rompirent aux mains, le roi le refusa tout plat [SAINT-SIMON, 228, 66]
Terme de marine. Arriver tout plat, en mettant la barre toute au vent, et en y aidant, autant que possible, par l'effet des voiles.
16° À plat, tout à plat, loc. adv. Sur la terre même, sur le sol même.
Linnaeus.... dit que le lumme niche à plat sur le rivage au bord même de l'eau [BUFF., Ois. t. XV, p. 411]
Fig. Entièrement, tout à fait.
On lui demande [à une main malade] encore d'autres certaines choses, elle refuse tout à plat, et croit que je lui suis encore trop obligée [SÉV., 17 avr. 1676]
[La pièce est tombée] Tout à plat. - Damis : Tout à plat ? - Baliveau à Damis : Oh ! tout à plat [PIRON, Métrom. V, 2]
17° À plate terre, voy. TERRE. À plat ventre, voy. VENTRE.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Le cheval] les jambes a plates [, Ch. de Rol. CXIII]
  • XIIe s.
    Et cil fiert lui [le frappe] si qu'il l'envoie Au gué tout plat desouz le flot, Si que l'eve sor lui reclot [, la Charrette, 850]
  • XIIIe s.
    Nus boutonier ne puet ne ne doit faire boutons plas qui ne soient de droite roondece selonc la grandeur qu'il sont [, Liv. des mét. 187]
  • XIVe s.
    Tant sont alé François qu'à Angle sont venu ; Bon chastel y avoit et très bien pourveü ; Plate ville y avoit, ains fermée ne fu [, Guesclin. 2068]
    Dou plat de son espée, Bauduins le frapoit [, Baud. de Seb. XI, 470]
    Que la sayette soit mise en telle maniere que les pennons de la sayette queurent [courent] de plat contre l'arc [, Modus, f. LIII]
    Les villes fermées devoient fournir de 65 feux un homme armé ou 10 sols par jour, et le plat païs de 100 feux ung homme d'armes [, Chron. de St-Denys, t. II, f° 243, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Le comte de Canterbruge se frappa en l'eau [marée] qui estoit au plat [FROISS., II, II, 32]
    La quelle maison est sans forteresse et plate maison sans deffense [DU CANGE, planus.]
    À briefs motz, mon fait va de plat, Et pour ce ne m'en blasmez mie [CH. D'ORL., Rondeau.]
    Mais amours fiert [frappe] et d'estoc et de plat Maint dolent cuer [cœur] qui pleure à chaudes larmes [E. DESCH., Poésies mss. f° 142]
    Car par tel tribulacion Vont toutes les choses de plat [ID., ib. f° 386]
    Les deux seigneurs Croy et Longueval reffuserent tout plat l'envoy [G. CHASTEL., Chr. du d. Phil. ch. 25]
    N'est de merveilles que le roy, qui avoit beaucop langage de sa nature costumierement, jouoit du plat [ID., Chr. des ducs de Bourg. II, 47]
    Le povre homme estoit couché tout plat contre terre et faisoit le mort [COMM., IV, 3]
  • XVIe s.
    Le surplus desdites terres de la dite cense, ledit prendeur les trouvera wides et plates [en friche] [DU CANGE, platea.]
    Il vaut mieux plat et court nier Dieu, que forger des dieux incertains [CALV., Instit, 23]
    Il afferme à pur et à plat, que... [ID., ib. 91]
    Au dedans de ceste poincte, quand on a doublé le bout, la mer est toujours platte [AMYOT, Thém. 58]
    Il nia le faict tout à plat [ID., Marcel. 2]
    Force vaisseaux plats, force galeres [ID., Pyrrh. 31]
    Valemont, qui commandoit aux Espagnols, attire Jean Ribaut par les plus douces paroles du monde à traitter ; le bat si bien du plat de la langue, que sur la foi jurée de la vie sauve... [D'AUB., Hist. I, 249]
    Les ventouses sont appliquées aux plats des cuisses, quand les mois ne coulent pas assez [PARÉ, XV, 68]
    Vous me cognoissez mal ; si ma chair sçavoit où mon courage la portera tantost, elle s'en transiroit tout à plat [MONT., I, 388]
    Les plus plattes raisons sont peult-estre les mieulx assises [ID., IV, 51]
    Si l'on remarquoit que vous eussiez fait le contraire de ce que vous dites, vostre creance se perdroit plat et court parmy le peuple [PASQUIER, Lett. t. III, p. 593]
    Je ne trouveray jamais bon, qu'un officier qui à plate cousture a quitté son office, vive seulement pour soy, sans s'entremesler du soin de la chose publique [, ib. p. 242]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. tôt ai plai, tout à plat ; genev. Être à plat de lit, au plat du lit :
    Il n'y avait que l'excuse d'être à plat de lit qui pût me dispenser de courir à son premier mot, [J. J. ROUSS., dans HUMBERT, Glossaire]
    ; provenç. plat ; espagn. et portug. chato ; ital. piatto ; mot dont le radical est commun à plusieurs langues aryennes : allem. platt ; angl. flat ; island. flatr ; persan, parthu ; zend, peretha ; sanscr. prithu (i bref), prath, être étendu.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. PLAT. Ajoutez :
    18° Être à plat de lit, être alité, malade.
    Je vis bien qu'il n'y avait que l'excuse d'être à plat de lit, qui pût me dispenser de courir à son premier mot [J. J. ROUSS., Confess. IX, 1re part.]
    19° Terme d'horlogerie. Variation du plat au pendu, différence de marche d'un chronomètre, lorsqu'on le place horizontalement, ou lorsqu'on le suspend verticalement, ce qui rend ses conditions d'équilibre moins satisfaisantes.
    20° Terme de lapidaire.
    Plats ou losanges, facettes qui viennent à la suite des dentelles et qui s'y trouvent conjointes dans la taille des pierres fines [CHRITEN, Art du lapidaire, p. 28]
    21° S. m. L'à-plat, sorte de tissure des tapis.
    Ce genre de fabrication [les tapis de la Savonnerie] qui réclame l'à-plat comme dans les tapis d'Orient [, Journ. offic. 1er avril 1877, p. 2603, 1re col.]