pommelé, ée

POMMELÉ, ÉE

(po-me-lé, lée) part. passé de pommeler
Couvert de nuages petits et arrondis. Ciel pommelé.

PROVERBE

    Temps pommelé et femme fardée ne sont pas de longue durée.
Couvert de taches blanches rapprochées.
Et, tous les chevaux noirs n'ayant pas de grands airs, J'en eus de pommelés comme les ducs et pairs [BOURS., Fabl. d'Ésope, IV, 3]
Dénomination ajoutée aux diverses nuances de la robe grise, lorsqu'elles présentent des taches arrondies plus foncées que le reste de la robe : gris pommelé ; gris clair pommelé. C'est un beau, gros.
court, jeune vieillard, gris pommelé [BEAUMARCH., Barbier de Séville, I, 4]
S. m. Le pommelé.
Les taches dont on a voulu moucheter son poitrail imitent très bien le pommelé du ciel [DIDEROT, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 58]
Particularité des robes des chevaux.

REMARQUE

  • L'Académie écrit tantôt gris-pommelé avec un trait d'union, et tantôt gris pommelé sans trait d'union.