pore

(Mot repris de pores)

pore

n.m. [ lat. porus, du gr. poros, trou ]
1. Très petit orifice à la surface de la peau, par où s'écoule la sueur : Un pore bouché peut provoquer un bouton.
2. Trou, interstice minuscule dans la texture d'une matière solide compacte : Les pores de la terre cuite orifice
Remarque: Ne pas confondre avec porc ou port.
Par tous ses pores,
par toute sa personne ; dans tout son comportement : Il sue la bêtise par tous ses pores.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

pore

(pɔʀ)
nom masculin
petit trou de la peau La sueur sort par les pores.
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

PORE

(po-r') s. m.
Nom donné à des orifices existant sur toutes les parties du corps vivant, orifices auxquels on attribuait la fonction d'absorber et d'exhaler, mais qui ne sont que les ouvertures des glandes sudoripares, et qui par conséquent n'absorbent rien (l'absorption se faisant non par ces orifices, mais par endosmose).
Les parties ont toutes ou presque toutes de petits passages qu'on appelle pores, par où s'échappent et s'évaporent les matières les plus subtiles [BOSSUET, Conn. II, 8]
À force de plonger leurs enfants dans la mollesse, elles [les mères qui portent à l'excès la sollicitude] les préparent à la souffrance, elles ouvrent leurs pores aux maux de toute espèce dont ils ne manqueront pas d'être la proie étant grands [J. J. ROUSS., Ém. I]
Petits orifices dont les végétaux sont criblés.
De Saussure et Hedwig ont donné des descriptions exactes des pores corticaux de plusieurs plantes [DE CANDOLLE, Instit. Mém. scienc. ph. et math. Sav. étrangers, t. I, p. 353]
Petits espaces ou interstices qu'on suppose séparer les molécules intégrantes des corps, et qui rendent ces corps perméables.
Newton a démontré que le corps le plus dur a moins de matière que de pores [VOLT., Dict. phil. Air.]
Le platine et l'or, qui sont de tous les corps les plus pesants, ont cependant des pores [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 16]
Nom qu'on donnait, avant l'examen plus attentif fait de nos jours, aux intervalles obscurs observés à la surface du soleil.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'implantation du pore cholagogue [PARÉ, I, 24]
    Par les pores et petits pertuis invisibles de tout le corps [ID., IX, 15]
    Hannibal avoit fait espandre du feu partout son ost et distribuer de l'huyle par les bandes, afin que, s'oignants, ils.... encroustassent les pores contre les coups de l'air et du vent gelé qui tiroit lors [MONT., I, 261]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. pors ; espagn. et ital. poro ; du lat. porus, du grec, passage ; comparez avec le grec, pénétrer ; rac. sanscr. par, aller au delà.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

pore

PORE. n. m. Ouverture imperceptible dans la peau de l'homme ou de l'animal, par où se fait la transpiration. Il n'est guère d'usage qu'au pluriel. En été les pores sont plus ouverts. Le froid resserre les pores. Le sang lui sortait par tous les pores. Fig., Il sue l'hypocrisie par tous les pores.

Il se dit aussi de Petits orifices, de petites ouvertures analogues dans les végétaux.

Il se dit, par extension, des Interstices qui séparent les molécules d'un corps.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

pôre


PôRE, s. m. POREUX, EûSE, adj. [1re lon. au 1er: 2e e muet au 1er, lon. aux deux aûtres, reû, reû-ze.] Pôre se dit des petites ouvertûres presque imperceptibles, qui sont parsemées dans la peau de l'animal, par où sortent les sueurs. Il n'a d' usage qu'au plur. "En été, les pôres sont plus ouverts. "Le froid resserre les pôres. = Par extension, on le dit de toute sorte de corps. "Les pôres du verre, du bois, des métaux. = Poreux, qui a des pôres. On ne le dit point des animaux, parce que cela s'en va sans dire. On le dit des aûtres corps. "Le verre est fort poreux: tous les corps sont plus ou moins poreux. "La pierre-ponce est fort légère et poreûse.
   * Rem. 1°. Les ignorans font pôre fémin. "Le froid bouche toutes les pôres: il faut dire, tous les pôres.
   2°. M. L'Ab. De Fontenai emploie ce mot figurément. "Il semble qu'on se soit doné le mot pour faire entrer de gré ou de force la science par tous les pôres, s'il nous est permis de nous servir de ce terme. — Je lui répondrais volontiers: il vous est permis.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

pore

pore

pore

porie

pore

poro

pore

Pore

pore

pore

pórů

pore

pore

pore

기공

pore

[pɔʀ] nmpore
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005