potelé, ée

POTELÉ, ÉE

(po-te-lé, lée) adj.
Gras et plein. Un enfant potelé.
De deux bras potelés les contours gracieux [FAVART, Soliman II, II, 1]
Je vous souhaite d'ailleurs, pour l'année 1767, une maîtresse potelée, tendre, pleine d'esprit, et pourtant fidèle [VOLT., Lett. Chabanon, 22 déc. 1766]
Qu'on ait d'abord les doigts épais, courts, peu mobiles, les mains potelées et peu capables de rien empoigner, cela empêche-t-il que plusieurs enfants ne sachent écrire ou dessiner à l'âge où d'autres ne savent pas encore tenir le crayon ni la plume ? [J. J. ROUSS., Ém. II]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    [Les dames] Si ne furent ne noires ne halées, Mais comme liz blanches et potelées [CHRIST. DE PISAN, Dit de Poissy.]
  • XVIe s.
    Tout potelé, grasselet, rebondi [RONS., 120]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de l'adjectif pote, dont la signification primitive est arrondi.