pouacre

(Mot repris de pouacres)

POUACRE

(pou-a-kr' ; d'après Chifflet, Gramm, p. 202, poua est monosyllabe, et p. 183, il dit l'a long : pouâcre) adj.
Sale, vilain. S. m. Quel pouacre !

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Poacre, damagos e laiz, Dunt tuz a jà les pez [pieds] desfaiz [BENOIT, II, 12060]
  • XIIIe s.
    Une mesele [lépreuse] si poacre [RUTEB., II, 208]
  • XVe s.
    Lever matin, dire ses heures, ouyr messe, aller à la chasse et au giboyer où les pouacres d'amours sont à dormir [, Jeh. de Saint. ch. 5]
  • XVIe s.
    À une autre espece de roigne est sujet ce bestail, très fascheuse et importune, car elle le prend au museau, l'empeschant de paistre ; les anciens François l'appeloient poacre ; elle leur vient de la rozée, paissans sur les guerets hors heure [O. DE SERRES, 987]

ÉTYMOLOGIE

  • Genev. pouare, pouaire, pouai ; du lat. podagrum, goutteux ; le sens primitif de ce mot étant goutteux, comme le montrent l'historique et ce passage de G. Chastelain, Ducs de Bourg. III, 47 : Gouttes et poacrises (voy. PODAGRE).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

pouacre

POUACRE. adj. des deux genres. Qui est sale, vilain. Substantivement, Quel pouacre! Ce mot est un terme d'injure, populaire et vieux.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

poüacre

Poüacre, C'est vilain, pourri, et par consequent oiseux, fayneant.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

pouacre


POUACRE, s. m. [Poua-kre: 2ee muet.] Terme populaire et de mépris. Salope, vilain. "C'est un pouacre, un vilain pouacre. "Il faut être bien pouacre, pour faire de ces saletés là.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788