pourchas

POURCHAS

(pour-châ) s. m.
Terme vieilli. Ce qu'on pourchasse, occupation.
Et, n'étant homme en tel pourchas nouveau, Guère ne mit à déclarer sa flamme [LA FONT., Coc.]
Et cœurs en tels pourchas Risquent du moins autant que cerfs et biches [J. B. ROUSS., Épigr. I, 22]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ainz [je] sui toz tens en paine et en porchas [, Couci, X]
    Petit me vaut mes pourchas [, ib. p. 122]
  • XIIIe s.
    Enfant sont apelé de porchaz, qui ne pueent [peuvent] pas mostrer lor pere, et il sont apelé bastard [, Digeste, I]
  • XVIe s.
    Vous convient estre sages pour fleurer, sentir et estimer ces livres de haute gresse, legiers au prochaz et hardis à la rencontre [RAB., I, Prologue]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. POURCHASSER.

pourchas

POURCHAS. n. m. Vieux mot qui signifie Poursuite, particulièrement Poursuite amoureuse.

pourchas

Pourchas, m. acut. C'est diligente poursuite, comme au pourchas d'un tel j'ay esté fait capitaine, Illius summo studio enixaque opera dux creatus sum, Pourchas aussi est une ardente suite, Persecutio.

Pourchas ou poursuite qu'on fait envers aucun, Solicitatio.

Pourchas qu'on fait pour quelques honneurs, Ambitus.

pourchas


*POURCHAS, s. m. Vieux mot. Profit, avantage obtenu à force de chercher. "Ses pourchas lui valent plus que ses rentes. Trév.