présure

présure

n.f. [ lat. prensura, ce qui est pris, de prendere, prendre ]
Enzyme sécrétée par l'estomac des jeunes ruminants non sevrés et que l'on utilise dans l'industrie fromagère pour faire cailler le lait.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

PRÉSURE

(pré-zu-r') s. f.
Matière qu'on trouve dans le quatrième estomac ou caillette du veau et des jeunes animaux ruminants, à l'âge où ils sont encore nourris de lait, et dont on se sert pour faire cailler le lait.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Prenez cendre de gravelée, et en faites capitel dans une chausse d'hippocras : et en iceluy faut dissoudre de la preseure [PARÉ, XVI, 36]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. pressure ; Berry, prue ; picard, prule ; de l'ital. presura, présure, proprement action de prendre, de preso, pris, de prendere (voy. PRENDRE).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

présure

PRÉSURE. n. f. Substance contenant une diastase animale ou végétale qui sert à faire cailler le lait. On donne particulièrement le nom de Présure à une Liqueur, préparée avec la caillette des veaux et des jeunes animaux ruminants, à l'âge où ils sont encore nourris de lait. Plus on garde la présure, meilleure elle est.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

presure

Presure, f. penac. Est ce qu'on met dans le laict pour le faire cailler et prendre ensemble pour en faire des fromages, Coagulum, Varro. lib. 2. c. 11. Il est dit quasi prensura, du verbe Latin Prendo, Tout ainsi que Caillé, et Cailler, de Coagulum, et Coagulare.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

présûre


PRÉSûRE, s. f. [Prézûre; 1re é fer. 2e lon. 3e e muet.] Ce qui sert à faire prendre, à faire câiller le lait.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

présure

caglio, presame

présure

cuajo

présure

Lab

présure

coalho

présure

сирище

présure

Osteløbe

présure

löpe

présure

[pʀezyʀ] nfrennet
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005