préoccupation

(Mot repris de preoccupation)

préoccupation

n.f.
Souci vif et constant qui accapare l'esprit : L'environnement est au centre de ses préoccupations inquiétude, tourment
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

PRÉOCCUPATION

(pré-o-ku-pa-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
Terme de droit. Action d'occuper antérieurement à un autre.
La préoccupation engendre la propriété [CAPPEAU, Comp. des Alpines, p. 140]
État d'une personne dont l'esprit est tout entier occupé d'une opinion préconçue, favorable ou défavorable.
Je sais en quelle estime vous êtes dans son esprit, et combien je devrais craindre la préoccupation en votre faveur [BALZ., Liv. VI, lett. 5]
La préoccupation, dont le propre est de s'armer particulièrement contre les faits [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 473, dans POUGENS]
Cette injuste préoccupation qui nous empêche de goûter ce qui s'éloigne tant soit peu de nos mœurs [HUET, De l'orig. des romans, p. 37, dans POUGENS]
Notre aveuglement sera sans remède, si nous ne déracinons ces deux maux extrêmes qui nous empêchent de voir : la préoccupation dans l'esprit, et une crainte secrète dans la volonté qui nous fait appréhender la lumière [BOSSUET, 1er sermon, Quinquagés. Préambule.]
Un païen même et un infidèle, examinant sans préoccupation toutes les circonstances de ce miracle, est forcé d'en reconnaître la vérité [BOURDAL., Myst. résurr. de J. C. t. I, p. 328]
Cette doctrine nouvelle [de Malebranche] a soulevé tous les gens de bien, et ceux mêmes qui sont les plus exempts de préoccupation contre lui [FÉN., t. III, p. 275]
Sans doute, dans le XVIIe siècle, cet éclat même de la civilisation, cette vive et orgueilleuse préoccupation que la France avait d'elle-même.... [VILLEMAIN, Littér. franç. XVIIIe siècle, 2e partie, 4e leçon.]
État d'un esprit trop occupé d'un objet pour faire attention à un autre.
J'ai cru de loin voir tout à l'heure la marquise ici, et, dans ma préoccupation, je vous ai prise pour elle [MARIV., l'Heur. stratag. II, 5]
Ils ne remarquèrent ni la préoccupation ni la sombre mélancolie de leur malheureuse amie [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 326, dans POUGENS]
Nom que quelques rhéteurs donnent à la figure plus généralement nommée prolepse.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Nous nous portons par preoccupation où il nous plaist [MONT., I, 14]
    Toute passion et preoccupation ostée [CHARRON, Sagesse, préf. de la 2e édit.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. praeoccupationem, de praeoccupare, préoccuper.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

préoccupation

PRÉOCCUPATION. n. f. Disposition d'un esprit tellement occupé d'un objet qu'il ne peut prêter à un autre qu'une moindre attention. S'il vous a répondu de travers, ce n'est pas de sa part simple distraction, c'est préoccupation.

Il signifie encore Souci. Au milieu de mes préoccupations, je n'ai pas pu étudier notre affaire.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

preoccupation

Preoccupation, Occupatio, Anticipatio.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Synonymes et Contraires

préoccupation

nom féminin préoccupation
2.  Pensée prédominante.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

préoccupation

preoccupation, consideration, concern, worryדאגה (נ), דְּאָגָהbezorgdheid, zorgAnliegenpreocupaçãodisturbo, fastidio, preoccupazionebekymring (pʀeɔkypasjɔ̃)
nom féminin
souci, inquiétude avoir de graves préoccupations
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

préoccupation

[pʀeɔkypasjɔ̃] nf
(= souci) → concern
Ce n'est pas ma préoccupation principale → It is not my main concern.
(vieilli) (= idée fixe) → preoccupation
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005