pressurage

Recherches associées à pressurage: débourbage, soutirage

pressurage

n.m.
Action de pressurer.

PRESSURAGE

(prè-su-ra-j') s. m.
Action de pressurer le raisin.
Le pressurage se faisait de deux manières ou seulement en foulant avec les pieds, comme dans les premiers âges du monde, ou en faisant agir, après le foulage, des machines qui sont comprises sous le nom générique de pressoir [MONGEZ, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 57]
Vin tiré du marc fortement pressuré.
Dans les sucreries, action d'extraire le jus de betterave par le moyen d'une presse.
Action de presser, de comprimer. Presses hydrauliques employées au pressurage du foin et autres marchandises encombrantes.
Droit que l'on payait au seigneur pour user de son pressoir banal.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ce qui reste du pressurage est remis dans la cuve, et par dessus jettée quelque quantité d'eau, pour y bouillir un couple de jours [O. DE SERRES, 249]
    Pressoirage [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Pressurer.

pressurage

PRESSURAGE. n. m. Action de pressurer au pressoir. J'ai fait le pressurage de ma vendange.

pressurage


PRESSURAGE, s. m. PRESSURER, v. a. PRESSUREUR, s. m. [Prè-surage, , reur: 1re è moy. 3eé fer. au second.] Pressurer, c'est, au propre, presser des raisins ou aûtres fruits, et en tirer la liqueur par le moyen du pressoir. — Par extension, c'est les étreindre fortement avec la main pour en faire sortir le jus. = Au figuré, st. famil. épuiser par des impôs; par des taxes. "On a pressuré cette paûvre Province. "Pressurer la bourse de quelqu'un: lui tirer jusqu'au dernier sou. = Pressurage est l'action de pressurer. — C'est aussi le vin qu'on fait sortir du marc à force de pressurer. "Vin de pressurage: Ce n'est que du pressurage. = Pressureur, ouvrier qui travaille à faire mouvoir le pressoir.
   Rem. Comme on dit pressoir, il semble qu' on devrait dire pressoirer, pressoirage, pressoireur; mais l'usage est pour pressurer, etc. L. T.