prestolet

(Mot repris de prestolets)

PRESTOLET

(prè-sto-lé ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des prè-sto-lè-z impudents ; prestolets rime avec traits, succès, faix, etc.) s. m.
Terme de dénigrement. Ecclésiastique sans considération.
Voyez-vous bien ce petit prestolet-là [l'abbé de Bissy] qui ne semble pas savoir l'eau troubler ? c'est une ambition effrénée [SAINT-SIMON, 99, 58]
Sur cette montagne empestée Où la fouie toujours crottée De prestolets provinciaux Trotte sans cause et sans repos [GRESSET, Chartr.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. Est-ce un dérivé du latin praestolari, attendre, qui avait donné, dans le XVIe siècle, prestolant ? ou est-ce une dérivation irrégulière du diminutif prestrot, qui s'est dit pour prêtre en un sens de dénigrement ?
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

prestolet

PRESTOLET. n. m. Terme péjoratif dont on se sert pour désigner un Ecclésiastique sans considération. Il fait l'important, et ce n'est qu'un prestolet.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

prestolèt


PRESTOLèT, s. m. [Prèstolè: 1re et dern. è moy. — Le Dict. de Trév. (en 1704) écrit prestolé, et cite l'Ab. de St. Réal. On a mis dans la suite prestolet.] Terme de mépris. Éclésiastique sans établissement et sans naissance. "Il fait l'Abbé d' importance, et ce n'est qu'un prèstolet.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788